Le « scandale de Strasbourg » : l’origine trop méconnue de Mai 68

Article initialement publié le 27 mars 2018 sur Le Média presse

Pour la majorité des commentateurs, quel que soit leurs bords politiques, Mai 68 est lancé par une affaire de mœurs étudiantes. C’est trop vite occulter le « scandale de Strasbourg » en 1966 et la critique radicale du capitalisme qu’il portait.

Lire la suite ici

Publicités

Construire le peuple ou unir la gauche ? Réponse à Gaël Brustier

Article initialement publié le 19 mars 2018 sur le Média presse

Dans un récent article pour le site Slate.fr, le politologue Gaël Brustier reproche à la France insoumise sa stratégie, qu’il qualifie de « populo-provocatrice ». D’habitude plus lucide, il semble passer à côté de la recomposition de l’échiquier politique en cours.

Lire la suite ici

Carole Barjon : « La faillite de l’école est tellement violente aux yeux de tous »

Entretien initialement publié le 24 février 2018 sur Polony TV

Carole Barjon, chef du service politique de L’Obs, est l’auteur de « Mais qui sont les assassins de l’école ? » chez Robert Laffont. Elle dresse un état des lieux, décrit les maux qui agitent l’école et en analyse les conséquences pour les élèves.

Lire la suite ici

Georges Bernanos face à la fragilité de la foi

Article publié initialement le 20 février 2018 sur Aleteia

Il y a 130 ans, le 20 février 1888, Georges Bernanos naissait à Paris, au sein d’une famille monarchiste. Considéré par André Malraux comme « le plus grand romancier de son temps », il est assurément un des écrivains catholiques les plus marquants du XXe siècle et un auteur important pour comprendre les dangers qui guettent les chrétiens aujourd’hui.

Lire la suite ici

Marion Messina : « Je ne peux pas écrire une superbe histoire d’amour alors que tout s’effondre »

Entretien initialement publié le 22 février 2018 sur Le Comptoir

« J’avais vingt ans. Je ne laisserai personne dire que c’est le plus bel âge de la vie. » Cette célèbre citation de Paul Nizan dans « Aden Arabie » pourrait illustrer à la perfection « Faux départ », le premier roman de Marion Messina. Elle y raconte l’histoire d’Aurélie, brillante lycéenne, issue de la classe ouvrière, qui croit en la méritocratie, mais qui va vite déchanter en entrant dans le supérieur. En plus de subir la précarité et le mépris de classe, cette enfant de la banlieue grenobloise, perdue entre « les Jérémie, Yoann, Julie, Audrey, Aurélie, Benjamin, Émilie, Élodie, Thomas, Kévin, Charlotte, Jérémy ou Yohann […] pas détestables, mais nullement intéressants », va aussi devoir affronter la solitude, dans une société qui ignore toute forme d’attachement durable. Si on en sait très peu sur Marion Messina, il semble que cette « banlieusarde sans accent, […] élevée par des ouvriers bibliophiles » et ne croyant plus en la méritocratie, ait beaucoup en commun avec son héroïne. Nous avons rencontré l’Iséroise afin de discuter de son roman, de littérature, mais aussi de précarité, de la France périphérique, de lutte de classes et de l’atomisation de notre société…

Lire la suite ici

Jérôme Fourquet : « Les catholiques sont sur une droite plus à droite que par le passé »

Interview publiée initialement le 17 février 2018 sur Polony TV

Jérôme Fourquet est directeur du département Opinion et Stratégies d’entreprise à l’IFOP. Il publie « A la droite de Dieu » aux éditions du Cerf, enquête sur la droitisation des Catholiques en France. Il en livre les enjeux sociologiques et politiques.

Lire la suite ici

Natacha Polony : « Il ne s’agit pas tant de se révolter contre le système que de s’en libérer »

Entretien publié initialement le 12 février sur Le Comptoir

Ancienne professeure agrégée de Lettres modernes, journaliste, essayiste et chroniqueuse à la télévision ainsi qu’à la radio, Natacha Polony est la décroissante la plus célèbre de France. Nous l’avons rencontrée afin de discuter de son dernier livre « Changer la vie : Pour une reconquête démocratique » (Éditions de l’Observatoire), ainsi que de démocratie, de décroissance et de son rôle paradoxal au cœur de la société du spectacle, qu’elle critique. Une interview sans langue de bois.

Lire la suite ici