Thomas Guénolé et Thomas Porcher contre la pensée unique en économie

Article publié initialement le 7 juin 2018

Ce lundi 4 juin, le campus Jourdan de l’ENS a accueilli une conférence intitulée « La pensée unique en économie ». Un rendez-vous indispensable pour ceux qui veulent se défendre intellectuellement contre le néolibéralisme.

A droite de la scène – mais pas de l’échiquier politique –, Thomas Guénolé, célèbre politologue insoumis, a publié en début d’année Antisocial. Il y explique notamment comment l’oligarchie a déclaré la guerre économique et social aux classes populaires depuis une trentaine d’années. A gauche de la scène, Thomas Porcher, membre des Économistes atterrés, qui a pris l’habitude de lutter seul dans les médias mainstream, « C dans l’air » en tête, contre les avocats du néolibéralisme. Il a publié il y a peu Traité d’économie hérétique (Fayard), qui prolonge le travail indispensable qu’il effectue dans la presse et sur les réseaux sociaux. Au milieu, dans le rôle de l’animatrice, Aude Lancelin, notre collègue qu’on ne présente plus. Une affiche alléchante, qui a logiquement attiré le public. Près de 300 personnes, inscrites avant, se sont pressées à 18h dans l’amphi de l’Ecole normale supérieure (ENS), haut lieu de réflexion hexagonal.

Auto-défense intellectuelle

Thomas Guénolé est le premier à parler. En à peine 17 minutes, il déconstruit les lieux communs qui courent sur les chômeurs et les pauvres. Les sans-emplois – qui ne chôment pas, puisqu’ils cherchent du travail pour la très grande majorité – ne sont pas responsables de leur sombre destin, mais c’est le fruit de mauvaises politiques économiques. Le « trou de la sécu » n’est ni de la faute des « fraudeurs », ni des Français irresponsables. D’ailleurs, les recettes et les dépenses n’étant pas de même nature, il est absurde de vouloir que la sécurité sociale soit à l’équilibre. A la fin de la démonstration de Thomas Guénolé, nous sommes armés pour discuter à la machine à café, ou pire, pour les diners de familles. Thomas Porcher s’est ensuite attaqué au cadre dans lequel nous sommes obligés de penser. A chaque problème les mêmes solutions : libéraliser, réduire la dette – qui n’est pas si élevée compte-tenu de notre niveau de patrimoine national –, flexibiliser le travail, etc. Cette situation est due au fait que les économistes tentent de faire passer leur discipline pour une science neutre, sans débat possible. Une intervention pleine d’humour et solidement argumentée, souvent avec son livre à l’appui.

Pendant près d’une heure, nos deux conférenciers, bien aidés par Aude Lancelin, vont expliquer clairement comment la pensée unique s’impose en économie, avec l’aide des grandes écoles, fabriques à élites libérales, et les médias. Alors que Macron prépare une loi inquiétante sur les “fakes news”, Porcher et Guénolé nous prouvent que les experts autoproclamés n’en sont pas exempts, loin de là. Comme le rappelle le politologue insoumis, « l’auto-défense politique, idéologique et intellectuelle est indispensable, ce qui suppose d’abord de se documenter rigoureusement pour ne rien laisser passer à la machine à café, dans les couloirs de cours, dans les lieux de travail, dans les dîners de famille, surtout dans les repas de famille ». S’en est ensuite suivi un long échange avec le public, visiblement convaincu.

Photo : Thomas Guénolé, Aude Lancelin et Thomas Porcher

Crédits : Katerina Ryzhakova

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s