Antonin Pottier : « Le capitalisme génère des dégâts environnementaux du fait même de sa logique »

Entretien initialement publié le 5 septembre 2018 sur Le Média presse

Antonin Pottier est chercheur à l’EHESS. Ses travaux portent sur les aspects socio-économiques du changement climatique et sur l’intégration de l’environnement dans la discipline économique. En 2016, il publie Comment les économistes réchauffent la planète chez Seuil, où il montre pourquoi le discours économique dominant rend difficile la lutte contre le réchauffement climatique. Fin 2017, il a remporté le « prix Veblen », destiné aux chercheurs et chercheuses de moins de 40 ans, pour sa réponse à la question « Le capitalisme est-il compatible avec les limites écologiques ? »

« On s’évertue à entretenir un modèle économique responsable de tous ces désordres climatiques », a déclaré Nicolas Hulot ce mardi 28 août au micro de France inter, juste avant de démissionner. Avec ce geste, le désormais ancien ministre de la Transition écologique et solidaire savait qu’une politique néolibérale ne pouvait pas résoudre la crise environnementale en cours. Des propos qui n’ont pas plu aux défenseurs du système économique. Antonin Pottier décrypte avec nous l’incompatibilité entre capitalisme et écologie.

Le Média : En démissionnant du gouvernement, Nicolas Hulot a expliqué : « On s’évertue à entretenir un modèle économique responsable de tous ces désordres climatiques. » En quoi le système économique est-il responsable ?

Antonin Pottier : Il faudrait commencer par nommer ce système. Nous pourrions dire qu’il s’agit du « capitalisme », en se souvenant que ce dernier ne se conçoit pas sans l’État. Ce dernier donne une direction aux efforts des entrepreneurs, formule des règles à respecter. Il contraint le capitalisme et en même temps il permet son déploiement. Les systèmes techniques, économiques et politiques sont tellement imbriqués qu’il me paraît vain d’isoler ce qui relève de l’économique au sens strict, dans le cas du changement climatique comme dans les autres problèmes environnementaux évoqués par Hulot au moment de sa démission. C’est le fonctionnement de ces systèmes dans son ensemble qu’il faut appréhender.

Le responsable direct du changement climatique, c’est l’utilisation d’énergies fossiles, mais celle-ci résulte d’une trajectoire historique qui a commencé par l’industrialisation de l’Angleterre par la machine à vapeur. Cette industrialisation s’est répandue à travers le globe, par des mécanismes économiques, comme la recherche de la production à moindre coût, mais aussi par la lutte entre puissances européennes. L’économie a changé de forme, le pétrole s’est ajouté au charbon, les pays occidentaux ont acquis un mode de vie consommateur de matières et d’énergie. Ils sont aujourd’hui imités par les pays émergents. Les causes de notre surconsommation d’énergie fossile sont donc multiples.

Si l’on s’intéresse à la difficulté à sortir des énergies fossiles, les points de blocage relèvent aussi de plans différents. Par exemple, l’économique attend un signal du politique, qui ne veut pas brusquer les forces économiques et les désavantager par rapport à celles des pays concurrents. Les décisions politiques sont bridées par le jeu des lobbys comme le dénonce Hulot mais aussi par les aspirations des électeurs. C’est qu’à l’issue de plus de deux siècles de développement capitaliste, nous sommes devenus, à des degrés divers, des homo œconomicus, des consommateurs avant tout, comme je l’ai expliqué dans mon essai « Le capitalisme est-il compatible avec les limites écologiques », qui a reçu cette année le prix Veblen.

Malgré des évolutions positives comme l’Accord de Paris, mais tout de suite contrecarrées par l’arrivée de l’administration Trump, le degré de blocage est sidérant par rapport à l’urgence de la situation. La démission d’Hulot vient nous le rappeler. Voici une personnalité avec un poids médiatique important, qui a l’oreille des hommes et femmes politiques depuis plus de vingt ans. Il a inspiré Jacques Chirac pour la Charte de l’environnement ou Nicolas Sarkozy pour le Grenelle de l’environnement. De cette position favorable, il n’a pu arriver qu’à ce qu’il considère lui-même comme un échec. Cela augure mal de la capacité à changer de notre système, tout à la fois politique, social et économique.

Certains libéraux avancent au contraire que le capitalisme est une chance : il produit plus avec moinsil préserverait la biodiversitéla Suisse serait un des premiers pays écologiques du monde, etc. Est-ce vrai ?

C’est en partie vrai. Le capitalisme, c’est la recherche inextinguible du profit. Produire à moindre coût est un des moyens de faire du profit. L’éco-efficacité des processus de production s’inscrit bien dans la logique du capitalisme : produire avec moins d’énergie, de matière, coûte moins cher. Cela est un atout et les libéraux ne se privent pas pour le dire, comme vous le faites remarquer. Mais ce n’est qu’une facette du capitalisme. Ce système est aussi un formidable générateur d’ »externalités, c’est-à-dire de coûts non-portés par l’entité qui les provoque. Si une entreprise trouve un procédé moins coûteux pour elle mais polluant, ce procédé lui permettra de faire plus de profit et elle l’adoptera. Mais la pollution portée par la collectivité peut excéder les gains réalisés par l’entreprise : les coûts ont été déplacés vers la collectivité et peuvent même augmenter. La situation, bonne pour l’entreprise, est néfaste pour la collectivité. Le problème du capitalisme, c’est que la recherche d’efficacité est dirigée vers la diminution des coûts privés. Celle-ci peut être obtenue par une efficacité véritable, qui diminue les coûts totaux, mais aussi par l’externalisation des coûts privés, c’est-à-dire leur déplacement vers la collectivité. Ce mécanisme, analogue au fond à la « privatisation des bénéfices, socialisation des pertes » si souvent décriée dans le secteur financier, est à l’origine de nombreux problèmes environnementaux.

Le scandale du logiciel truqueur de Volkswagen est une belle illustration des conséquences troubles de la recherche de l’efficacité. Voici une remarquable trouvaille, parfaitement « efficace » pour répondre aux normes européennes sur l’émission des véhicules Diesel pendant le protocole de test. Mais cette efficacité est complètement bidon. Il s’agit en réalité d’un gaspillage gigantesque : d’une part, à cause de la pollution de l’air non évitée par cette fausse solution, d’autre part, parce que l’ingéniosité mise dans la conception de ce logiciel aurait été mieux dépensée à s’attaquer véritablement au problème.

Si nous voulons appréhender le capitalisme dans son ensemble, il ne faut pas oublier cet aspect-là. Il génère des dégâts environnementaux, non par hasard, mais du fait même de sa logique. Sa recherche d’efficacité pousse à déplacer les coûts vers la société et la nature.

Le « socialisme réellement existant » n’a pas fait mieux que le capitalisme sur la question écologique. Existe-t-il alors une alternative ?

Le « socialisme réellement existant », c’est-à-dire le système de l’URSS et de ses pays satellites, a été générateur de catastrophes environnementales. On trouve d’ailleurs une certaine correspondance des impacts environnementaux entre les pays communistes et les pays capitalistes dans les années 1950 et 1960. La volonté de maîtrise de la nature était partagée des deux côtés du rideau de fer, expression d’une poussée industrialisante et modernisatrice. Pour cette raison et pour d’autres, le « socialisme réellement existant » n’a pas évité de détruire la nature. Aujourd’hui, il n’y a plus d’alternative réellement existante au capitalisme. Et dans l’imaginaire social, comme le dit l’intellectuel américain Frédric Jameson, il est plus facile d’imaginer la fin du monde que la fin du capitalisme. Les alternatives sont donc à inventer. Cela ne peut se faire à la manière des cités utopiques, sorties de l’imagination d’un penseur. Elles doivent plutôt se découvrir par l’expérimentation collective, par les essais de nouveaux modes de production, les expériences de modes de vie. Nous pouvons toutefois chercher de l’inspiration du côté de certaines sociétés, souvent qualifiées d’archaïques ou de primitives, qui ont su vivre à peu près en harmonie avec leur environnement, même s’il est impossible de reproduire leur fonctionnement, ne serait-ce qu’en raison de la taille de la population mondiale.

Nous ne devons pas seulement imaginer des alternatives, nous devons aussi commencer à en créer une, en partant du système actuel. Réduire les consommations de nature, défendre les biens communsenvironnementaux indiquent un chemin, une direction à prendre, même si nous ne connaissons pas encore le point d’arrivée. Fixons-nous pour objectif au milieu du siècle (dans trente ans !) de décarboner complètement l’économie, d’enrayer la défaunation et les pertes de biodiversité. Pour réussir les changements seront nombreux et profonds, le système qui en résultera sera très différent de l’actuel. Il sera alors temps d’observer et de trouver un nom à ce remplaçant du capitalisme.

Lire aussi : Julien Wosnitza : « Aucune solution ne peut nous éviter l’effondrement »

Et que pensez-vous de la « règle verte » proposée par la France insoumise, qui veut qu’on ne gaspille pas plus que ce que la France peut produire ?

Il y a plusieurs interprétations possibles de la règle verte, qui est une règle abstraite et demande donc à être précisée. Comprise littéralement, cela signifierait que chaque année les activités qui se déroulent sur le territoire national ne pourraient utiliser que les ressources produites de manière renouvelable par le sol de la France. L’économie française serait devenue une « économie organique », qui dépend seulement des ressources végétales et animales, de l’énergie du vent, du soleil et de l’eau. C’est peut-être un objectif louable à long terme, mais totalement intenable à moyen terme, tant à cause des structures de production que de consommation. Sans parler des difficultés conceptuelles que posent les importations (vendre du vin contre du pétrole, est-ce enfreindre la règle verte ?).

La règle verte est plus souvent comprise en termes d’ »empreinte écologique ». La France ne devrait alors pas consommer plus d’ »hectares globaux » que ne le permet sa « biocapacité ». Le calcul de la consommation d’hectares globaux et de la biocapacité repose sur l’agrégation de différents impacts environnementaux et de différents écosystèmes : cela rend cette mesure sophistiquée et en fait opaque. En agrégeant, on effectue des compensations, des équivalences implicites qui donneraient lieu à des controverses interminables, à l’image de ce qui s’est passé aux États-Unis avec le programme « no net loss », qui visait seulement l’absence de pertes nettes de zones humides.

Il me semble plus pertinent de fixer des objectifs à partir de mesures moins complexes, moins englobantes mais plus lisibles et plus vérifiables : par exemple en termes d’émissions de CO2, d’hectares de terres arables ou de zones humides, …

Dans les années 1970, le rapport du Club de Rome « Halte à la croissance ? », nous alertait des dangers écologiques de la croissance économique. Sommes-nous condamnés à choisir entre prospérité économique et soutenabilité écologique ?

On oppose souvent les deux termes mais à tort. Prospérité économique et soutenabilité écologique se renforcent. Une prospérité économique doit être soutenable sur le plan écologique, sinon elle sape ses propres bases. C’était déjà l’intuition derrière le « développement durable » du rapport Brundtland, avant que le terme ne soit récupéré de la manière que nous connaissons.
Une difficulté réside dans l’assimilation, que l’on retrouve souvent et jusque dans votre question, de la prospérité économique à la croissance du PIB. Le PIB mesure la valeur ajoutée produite sur une année, c’est-à-dire la somme des revenus distribués par l’économie. Beaucoup de travaux ont montré que cet indicateur ne mesure pas une quelconque prospérité économique. La Commission Stiglitz [« Commission sur la mesure des performances économiques et du progrès social » – NDLR], commandée par le président Sarkozy, l’affirmait entre autres. Ce n’est donc pas une lubie d’économistes hétérodoxes ou de militants que de le déclarer.

L’assimilation entre prospérité et croissance, dans la conscience collective, et surtout dans les discours médiatiques, est un héritage historique de l’après-guerre, des Trente glorieuses dans le cas de la France. La configuration actuelle est difficile à défaire car elle arrange certains intérêts : les plus riches captent aujourd’hui l’essentiel des fruits de la croissance et, pour les dirigeants nationaux, le PIB influe sur la puissance qu’ils peuvent déployer à l’échelle internationale.

Pour la prospérité économique, c’est-à-dire le bien-être des hommes et des femmes dans un pays, et pour la soutenabilité écologique, la croissance n’est pas forcément pertinente. Le problème est que le capitalisme fabrique de la croissance mais pas nécessairement de la prospérité économique et encore moins de la soutenabilité écologique.

Légende : Centrale nucléaire de Three Mile Island, dans l’Est des États-Unis

Crédits : Wikipédia

Mexico 68 : Des Jeux olympiques très politisés

Article initialement publié le 27 juillet 2018 sur Le Média presse

L’image est aujourd’hui célèbre : sur le podium, deux athlètes noirs américains le poing levé, en référence au Black Panther Party. Elle intervient dans un contexte politique très particulier.

C’est à Baden-Baden, en 1963, que l’histoire s’est noué. Le 18 octobre, le Comité international olympique, réuni dans la ville allemande où se réfugie le général de Gaulle lors des événements de Mai 68, décide que les J.O. auront lieu pour la première fois dans un “pays en voie de développement”. La capitale mexicaine devance Détroit, Lyon, mais aussi Buenos Aires. Cependant personne ne peut anticiper à ce moment le contexte politique national et international et son poids dans la compétition.

DE L’ASSASSINAT DE MARTIN LUTHER KING À TLATELOLCO

1968 est une année très spéciale. Le 4 avril, Martin Luther King est assassiné, à l’âge de 39 ans. Trois ans après Malcolm X, le mouvement contre la ségrégation raciale aux Etats-Unis perd son autre grande figure. Pourtant le combat est loin d’être fini. Le flambeau avait déjà été repris un an et demi plus tôt. Le 15 octobre 1966, le Black Panther Party for Self-Defense (BPP) voit le jour à Oakland, en Californie. Inspirés par Mao, Frantz Fanon et Malcolm X, Bobby Seale et Huey P. Newton montent un groupe révolutionnaire, antiraciste, anti-impérialiste et marxiste-léniniste, qui aura un écho planétaire. En 68, le BPP a déjà atteint l’âge de la maturité. Le mouvement pour les droits civils n’est pas le seul à bouillir aux Etats-Unis. Depuis 1964, le mouvement d’opposition à la guerre du Viêt Nam, démarrée neuf ans plus tôt, a pris de l’ampleur et crée une nouvelle génération de militants politiques, pacifistes et anti-impérialistes, voire tiers-mondistes. Enfin, Bob Kennedy, favori pour être investi par le Parti démocrate, est tué le 6 juin 1968, cinq ans après son frère John.

De l’autre côté de l’Atlantique, la situation est aussi explosive. Tout le monde a en tête le mouvement étudiant et ouvrier de Mai 68, mais il n’est pas le seul. Plus à l’Est, la Tchécoslovaquie est en ébullition. Alexander Dubček, Parti communiste tchécoslovaque, veut introduire un “socialisme à visage humain”, en rupture avec l’URSS. Une nouvelle constitution plus démocratique, qui reconnaît l’égalité entre Slovaques et Tchèques, est mise en place. Les libertés de la presse, d’expression et de circulation sont introduites. L’URSS voit néanmoins d’un mauvais œil cette prise d’autonomie d’un de ses satellites. Prague est occupée en août par les troupes du Pacte de Varsovie, soit plus de 400.000 soldats. La petite révolution en cours est écrasée. A la rentrée 1968 règne alors un vent de contestation et une aspiration à la liberté, réprimée par la bourgeoisie. Le Mexique, où doivent se dérouler les XIXe Jeux olympiques d’été, cette fois en octobre à cause du climat local, est lui aussi touché.

Le pays a connu cinquante-huit ans auparavant, une révolution, qui a mis fin au système féodal qui régnait alors. Issu du Parti de la révolution mexicaine (PRM), le Parti révolutionnaire institutionnel (PRI) est au pouvoir depuis 1946. Alors qu’il se présente comme un parti de gauche, membre de l’International socialiste, il satisfait en réalité d’abord la bourgeoisie. A partir de juillet, les étudiants mexicains et imitent leurs homologues français. Le régime doit alors faire face à une contestation estudiantine sans précédent. A quelques jours des J.O., celle-ci ne faiblit pas. Le PRI, instrumentalisé par la CIA, soupçonne l’URSS et Cuba d’être derrière cette révolte. C’est ainsi que le 2 octobre, à 18 heures, les soldats postés sur les immeubles entourant la place tirent sur 8.000 étudiants désarmés sur la place des Trois Cultures à Tlatelolco. Dans le même temps, les dirigeants du Conseil national de grève étaient conduits au “Camp militaire n°1”. La presse officielle affirme qu’il s’agit d’affrontement entre soldats et étudiants. Le nombre de victimes est encore aujourd’hui sujet à débat. Le gouvernement parle de 44 morts, quand l’opposition en évoque plus de 300. Quoiqu’il en soit, le PRI fait la démonstration de son autoritarisme, 10 jours avant d’accueillir des J.O. qui feront date.

UN PODIUM CONTESTATAIRE

C’est dont le 12 octobre que Mexico accueille les jeux, les premiers à plus de 100 pays (112 exactement). La délégation américaine arbore dans sa large majorité – Blancs et Noirs confondus – sur son veston un badge portant l’inscription « Olympic project for human rights » (« Projet olympique pour les droits humains »). Certains craignent un sabotage, mais les athlètes afro-américains expliquent qu’ils désirent juste porter la lutte pour les droits civiques. C’est chose faite, quatre jours plus tard, le 16 octobre, lors du 200 m le plus célèbre de l’histoire. En 19 s. 83, l’Américain Tommie Smith explose le record mondial, suivi par l’Australien Peter Norman (20 s. 06) et par son compatriote John Carlos (20 s. 10). Le champion se permet même de relâcher ostensiblement son effort durant les derniers mètres de la course, en levant les bras au ciel en signe de victoire.

Le lendemain, lors de la montée sur le podium, Smith et Carlos sont vêtus de chaussettes noires montantes, symbole de la pauvreté des Noirs. Les deux coureurs lèvent un poing ganté de noir, symbole associé au Black Panther Party, en baissant la tête, fuyant du regard le drapeau national. Dans le même temps, le vainqueur porte un foulard et le troisième un maillot ouvert. Les deux sont des références explicites au lynchage et l’esclavage des Noirs, qui les aliènent encore. A ce moment, plusieurs autres athlètes américains portent le badge « Olympic project for human rights », tout comme Peter Norman. Ce dernier, qui estime que le combat pour les droits civiques « est aussi celui de l’Australie blanche », est un acteur à part entière de la scène. C’est lui qui suggère aux deux Afro-américains de partager la seule paire de gants, Carlos ayant oublié les siens. Il pose également sa paire de Puma Suede pour rappeler que les afro-américains n’ont même pas le moyen de s’offrir ce type de chaussures. Le moment est figé par le photographe John Dominis. « Après ma victoire, l’Amérique blanche dira que je suis Américain, mais si je n’avais pas été bon, elle m’aurait traité de “négro” », explique John Carlos aux journalistes. Tommie Smith, lui, affirme n’avoir « d’autre but que de dénoncer la pauvreté des noirs américains ».

Les sanctions tombent immédiatement, comme les insultes et autres menaces de mort. Avery Brundage, président réactionnaire du Comité international olympique, juge ce geste scandaleux et demande aux officiels américains l’exclusion de Carlos et Smith. Doug Roby, président du Comité olympique des États-Unis, finit par renvoyer les deux athlètes, qui ne participeront plus de leur vie à d’autres J.O. Peter Norman, lui, ne sera pas autorisé à participer aux jeux de 1972, qui se dérouleront à Munich, par le Comité olympique australien. Mais peu importe, le geste fait mouche. Le lendemain, trois autres vainqueurs afro-américains du 400 m, Lee Evans, Larry James et Ron Freeman, se présenteront sur les marches du podium avec un béret noir, autre référence à l’injustice qui persiste, sans se faire exclure. Quelques jours après ils remportent le 4 x 400 m et dédient leur médaille à Smith et Carlos. Cinquante ans après, les deux athlètes demeurent des héros politiques, comme on n’en trouve plus dans le monde du sport.