Archives pour la catégorie Musique

Tu sais que tu es fan du Klub des Loosers quand…

Texte publié dans Sound Cultur’ALL le 29 mars 2012, avec Thomas Passe (a.k.a. Nessuno)

KlubdesLoosersHuit ans que t’attendais ça. Huit longues années à devoir supporter la soupe commerciale passant en boucle à la télé. En fait non, tu n’attendais plus. En 2004, Vive la vie avait été le seul petit rayon de soleil dans ta vie minable et misérable… En huit ans, seuls les deux albums du Klub des 7 ont réussi à te rendre le sourire, mais à peine, y avait cinq mecs de trop dans ce groupe. Tes potes pour te réconforter ont essayé de te convertir à Orelsan, mais pour toi la copie ne vaudra jamais l’originale. Et puis un jour, un pote t’envoie une interview du Klub des Loosers dans l’abcdrduson. T’en crois pas tes yeux : Fuzati revient dans le game ! Sans attendre, le 9 mars tu as couru te procurer cette merveille et tu n’as évidemment pas été déçu. Au contraire. Et oui, tu sais que t’es un vrai fan du Klub des Loosers quand :

  1. T’aimes pas le rap.
  2. T’habites à Versailles, Le Raincy, Enghien, Neuilly ou Passy. Mais qu’importe vu que t’aimes pas ta ville
  3. Tes parents sont dans les affaires. Mais tu sais pas dans lesquelles.
  4. Dans ton entourage, il y a une Anne-Charlotte ou une Marie-Charlotte ou une Anne-Marie ou une Marie-Claire qui te fout des râteaux au tel depuis des mois. Mais tu t’en fous, t’as aucune fierté.
  5. En fait t’es plus fan de Fuzati que du Klub des Loosers. Detect c’est un emploi fictif à bien y regarder.
  6. Tu joues aux fléchettes sur un poster d’Orelsan et Orgasmic.
  7. T’aimes pas les hommes.
  8. Tu regrettes que Jonathan Lambert ne soit plus chez Ruquier. D’ailleurs tu regrettes Zemmouraussi.
  9. T’écoutes un album tous les 8 ans.
  10. Tu sais que Sefyu n’a rien inventé. Quoi ? Ghostface ? Rockin’ Squat ? MF Doom ? Connais pas.
  11. T’as beau n’avoir jamais étudié la médecine, tu connais par cœur la composition du valium et du prozac.
  12. Pour toi tous les autres rappeurs sont mauvais. A part peut-être Fredy K, Cyanure, Gérard Baste,James Delleck et Le Jouage. Eux ça passe. Mais à petite dose, faut pas déconner.
  13. Quand t’es fonce-dé en soirée, TTC aussi ça passe. Mais vu que personne ne t’invite jamais en soirée…
  14. T’écoutes aussi du Lunatic, mais t’as honte de l’avouer.
  15. T’aimes pas les femmes.
  16. Quand t’entends parler d’une catastrophe au JT, t’es toujours déçu au moment où Pujadas annonce le nombre de victimes.
  17. Tu te déguises à chaque Halloween, tu es convaincu que c’est une fête en l’hommage de ton rappeur préféré.
  18. Une fois un ami t’as dit qu’il a perdu son pucelage à 22 ans. Tu l’as jamais cru.
  19. T’aimes pas les enfants.
  20. D’ailleurs dans quelques semaines tu voteras sûrement Eva Joly ou Jean-Luc Mélenchon : ce sont les seuls fervents défenseurs de l’IVG et de l’euthanasie.
  21. Dans le temps t’avais quand même une certaine sympathie pour Chirac et le RPR. Les emplois fictifs ? Y a rien de mal à ça. Demandez à Detect.
  22. Le seul noir que tu vois aux concerts de ton idole, c’est Le Jouage. Quand y en a un ça va, c’est quand y en a plusieurs…
  23. Tu détestes encore plus Orelsan que les puristes et les féministes.
  24. Tu détestes encore plus les puristes et les féministes qu’Orelsan.
  25. Tu penses que quand ton couple va mal, c’est quand même plus classe de finir dans Faites entrer l’accusé que dans Confessions intimes. D’ailleurs, nous non-plus on peut pas te contredire sur ce point.
  26. Tu sais qui a inventé le white trash. Quoi ? Eminem ? Necro ? R.A the rugged man ? Connais pas.
  27. Une fois un ami t’as raconté une blague. T’as presque esquissé un début de sourire.
  28. Quoi qu’en y repensant, c’est parce que tu trouvais qu’il avait l’air minable en la racontant.
  29. Ta série préférée c’est Dr House, ton écrivain préféré c’est Céline, ton humoriste préféré c’estDesproges.
  30. Tu ne t’aimes pas.
  31. Tu sais au fond de toi que le seul personnage de BD qui a un minimum de charisme c’est leSchtroumpf grognon.
  32. Tu te tapes peut-être peu de meufs, mais tu n’te tapes jamais de thon, pas comme Orelsan.
  33. Les 7 jours de la semaine, les 7 péchés capitaux, les 7 boules de cristal, les 7 doigts de la main, les 7 continents, les 7 couleurs primaires, les Jackson 7… Bref, faut être con pour monter un club à cinq !
  34. Pour toi Michel Houellebecq est le plus grand écrivain actuel. Son absence de style ? Rien à battre, toi ton rappeur préféré n’a pas de flow. Tout ça n’est qu’accessoire.
  35. D’ailleurs, depuis que les Inrocks ont qualifié le Klub des Loosers comme étant « la rencontre entre Houellebecq et le Wu-Tang Clan », t’as compris que le Wu, c’est un peu le Klub des 7 américain… Le talent en moins.
  36. Les pitreries ça n’a jamais été ton truc, pourtant t’as toujours été fasciné par le clown Zavatta… De même pour le rock et Kurt Kobain. Surement parce que ces mecs réussissaient tout ce qu’ilsentreprenaient.
  37. Tu n’comprendras jamais les rappeurs qui essaient d’avoir du flow.
  38. Tu déprimes sachant que le prochain Klub des Loosers sortira certainement en 2020. Mais bon, t’attends impatiemment que Fuzati te parle de sa crise de la quarantaine, de ses problèmes d’érection et de sa connasse de fille qui fait le mur pour aller en boîte. T’en jubiles d’avance.
  39. Tu n’comprendras jamais les agissements de Bertrand Cantat, faut être con pour avoir une femme.
  40. Tu trouves cet article archi-naze. Mais, fallait pas s’attendre à mieux de la part de deux écervelés dénués de talent pensant que du bon rap ça existe encore.
  41. Bref, t’aimes pas la vie.
Publicités

Tu sais que t’es un puriste (en carton) du rap quand…

Texte publié le 4 mars 2012 sur Sound Cultur’ALL, avec Thomas Passe (a.k.a. Nessuno)

RAP_MIEUX_AVANT_NOIR_01_298x298Depuis tes années collèges, tu écoutes du rap en boucle, ou du moins Skyrock. Mais, récemment, ta vie en a été bouleversée : t’as compris que tu n’étais pas catalogué parmi les « connaisseurs » de hip hop. Une grande incompréhension et un profond mal-être t’ont envahi mais t’as décidé de remédier à cet épineux problème en faisant ton entrée par la grande porte parmi « l’élite » des auditeurs. En un rien de temps, tu as écumé les forums et sites spécialisés, tu as jeté à la poubelle tes vieux albums de La Fouine (ou de Sniper ouStomy Bugzy pour les plus anciens) et t’as couru t’acheter Illmatic de Nas ! Bref, tel Magicarpe en Léviator, t’as réussi ta transformation en (néo)-puriste du rap et tes goûts sont désormais supérieurs à ceux d’autrui. Tu te reconnaîtras forcément dans la liste qui suit…

Tu sais que t’es un puriste (en carton) du rap quand…

  1. Tu as un rapport quasi-religieux avec ta musique, pour toi rien ne peut justifier le fait de l’avoir sali ou de lui manquer de respect.
  2. T’écoutes jamais le second album d’un artiste, tu sais qu’il aura forcément baissé son froc entre temps.
  3. Tu chies constamment sur Skyrock que tu tiens pour responsable de tous les maux du rap… Pourtant, si demain matin une bande de guignols t’appelle en te faisant des blagues que tu trouvais déjà immatures à 12 ans, tu répondras forcément « Skyrock ! » quand ils te demanderont quelle est ta station de radio préférée.
  4. Tu as un profond sentiment de nostalgie quand tu penses à ce qu’était Génération dans le temps…
  5. T’écoutais 1995 il y a un an mais maintenant tu leur chies dessus allègrement.
  6. En lisant le point précédent t’as d’ailleurs eu une sensation de déjà-vu en pensant à la Sexion d’Assaut, Orelsan ou même Booba… Mais pas avec La Fouine.
  7. Il y a 2 ans tu pensais que 0.9 était le meilleur album de Booba, maintenant tu ne jures plus que parLunatic et Temps Mort et exècres ceux qui s’en sont suivis.
  8. Tu portes des t-shirts « Le rap c’était mieux avant » alors que ça fait 5 ans que t’en écoutes.
  9. T’as jamais écouté la moitié de tes 20 albums de références
  10. Public Ennemy est, pour toi, l’un des plus grands groupes de l’histoire du rap US, alors que tu ne connais pas une seule de leur chanson.
  11. T’es capable de démontrer à n’importe qui que Talib Kweli est l’un des plus grands lyricistes du rap US et que Rick Ross écrit comme ses pieds, alors que tu parles anglais comme une vache espagnole.
  12. Tu détestes les rappeurs français qui ne font que de l’egotrip ou se vantent de leurs exploits criminels alors que tous les rappeurs américains que tu écoutes en font de même.
  13. T’es pour la discrimination positive : 5 de tes 10 rappeurs français préférés sont blancs.
  14. Tu déteste les rappeurs qui foutent des meufs à poil dans leurs clips… Mais tu adules Ludacris !
  15. Tu détestes les rappeurs qui mélangent rap et r’n’b’, pour toi c’est la perversion du Hip Hop… Pourtant 2Pac, Biggie et Fabe sont tes dieux !
  16. Pour toi Temps Mort de Booba et Marshall Mathers d’Eminem sont les derniers classiques du rap français et américains.
  17. Tu détestes le Dirty South… Mais tu adules Ludacris !
  18. 1990 d’Orelsan t’a rappelé des souvenirs, pourtant t’as pas compris la moitié des références.
  19. Tu trouves tout de même dommage que ce titre ait été fait par Orelsan.
  20. Oxmo Puccino est pour toi le seul rappeur actuel avec une discographie parfaite… Pourtant quand on te demande de citer une track de Cactus de Sibérie, tu bugges.
  21. « Qui prétend faire du rap sans prendre position ? » est ton hymne, Notorious B.I.G. est ton rappeur préféré, le Wu Tang Clan est ton groupe référence… pour toi tout est cohérent.
  22. Kool G Rap est pour toi le meilleur rappeur du Queens loin devant Nas et Prodigy… Pourtant quand on te demande de citer une track de lui, tu bugges encore.
  23. T’as des envies de meurtres ou de viols à chaque fois que t’entends un beat électro, cependant, DJ Mehdi est selon toi le plus grand beatmaker que la France ait portée… pour toi, tout est cohérent toujours.
  24. Quand on t’a dit que Rocca faisait un titre avec Alpha Wann de 1995, t’as demandé à ton interlocuteur de te foutre une baffe pour t’assurer que tu ne faisais pas un cauchemar.
  25. Tu fais une descente d’organe chaque année au lendemain des nominations pour les Victoires de la musique.
  26. T’as fait un arrêt cardiaque hier en voyant qu’Orelsan était récompensé. Mais ça va mieux aujourd’hui, t’as vu que c’était que le prix du meilleur album de musiques urbaines et pas celui de rap. Quoi ? Cette appellation de guignols désigne le rap ?
  27. T’as d’ailleurs fait une syncope deux années de suite au moment des Trophées du Hip Hop et ta tension chute à chaque évocation de Yassine Belattar.
  28. En soirée, tu te fais chier royalement.
  29. Tu t’y fais d’ailleurs constamment insulter quand t’essaies de mettre du Casey discrètement.
  30. Tu détestes encore plus Booba que les fans de Rohff.
  31. A bien y penser, tu détestes également Rohff.
  32. Tu les hais surtout pour avoir eu le culot de sortir un deuxième album (et d’autres après)… Par contre tu hais Sinik pour avoir eu le culot d’avoir commencé le rap.
  33. Tu hais les clashs dans le rap français, tu adores pourtant les diss tracks dans le rap US.
  34. Il y a trois choses que tu détestes plus que tout au monde : Skyrock, les majors et les refrains chantés. Pourtant, tu adules Fabe.
  35. D’ailleurs tu attends son retour comme les Chrétiens attendent celui du messie.
  36. Tu attendais aussi celui de Rocca, mais depuis qu’il rappe avec Alpha Wann, tu penses qu’il tient finalement plus de Judas que du Christ : Qu’il aille se pendre !
  37. Pour toi un beat boom bap, fait en 10 minutes avec un sample cramé et des kits de batteries et de basses téléchargés sur internet, vaudra toujours mieux qu’un beat électro sur lequel le beatmaker a passé des jours.
  38. En bon fan de la Scred, t’es en quelque sorte « Vieux avant l’âge ».
  39. Au final tu détestes plus que tu aimes ta musique.
  40. Tu te fous de tes contradictions et incohérences parce qu’au fond être un puriste, pour toi, tient plus d’un certain état d’esprit que d’une quelconque rationalité. Et au fond, cette musique, bah tu l’aimes.

Nessuno et L’Impertinent

Renaissance du rap technique ou mort d’une contre-culture ?

Texte publié le 26 mars 2012 sur Sound Cultur’ALL 

Mac-MillerDepuis un an/un an et demi, on a l’impression d’assister à un « retour aux sources » dans le hip hop. Un retour à la seconde moitié des années 1990, à une époque où la technique semblait primer plus que tout dans le hip hop. Cette technicité était parfaitement illustrée par des collectifs tels que Time Bomb ou La Cliqua ou encore par les Sages Poètes de la Rue. C’est l’époque des lyricistes comme Fabe ou Oxmo Puccino. L’époque des passionnés, du rap boom bap, des freestyles de légende (notamment sur Génération), bref l’âge d’or du hip hop (au moins pour les puristes et les nostalgiques). La richesse des rimes et des punchlines, la variété des flows et la culture du sampling…Voilà ce qui caractérisait cette époque « bénie ». Le rap était toujours une contreculture à cette époque, comme à ses débuts, qui s’érige contre la société et ses maux, tout en étant un art faisant vibrer toute une partie de la population.

Puis, le rap a évolué, a mué, a perdu son insouciance et son innocence… Il s’est transformé, ce que beaucoup ont eu du mal à accepter. Fini l’époque de la technique, place au « rap caillera » : moins de flow, rimes biens moins travaillées et beats se ressemblant tous…On est au début des années 2000 et le but n’est plus de montrer sa maitrise technique, mais de représenter son hood. Puis la vague Dirty South s’est échappée du sud des Etats-Unis et atteint notre bel Hexagone. Notre Hexagone habitué aux vibes East Coast, au point de s’être approprié le genre. Ce même Hexagone qui même quand la West Coast dominait le rap US a toujours su résister à ce courant, s’est laissé emporté par le raz-de-marée Dirty ! Et voilà tous les puristes du Royaume de France et de Navarre révoltés, criant à l’escroquerie, à la perversion de la culture française (oubliant que l’histoire du rap français se résume à un vulgaire pompage du style ricain), refusant d’écouter ce nouveau genre. Le rap s’exporte en club et devient bling-bling, on en oublie nos valeurs de base. Booba, ex-prince du rap technique à l’époque de Time Bomb ou Lunatic a osé tuer le rap technique (quoi qu’il était déjà plus qu’à l’agonie) pour devenir le roi incontesté du rap bling-bling et Dirty. Oh traîtrise ! B20 devint très vite le rappeur le plus détesté des puristes (quoi que Rohff n’est pas si loin après tout). Puis arrive la vague de l’auto-tune et s’ensuit celle du mauvais électro versionGuetta. A ce moment là, on crût le rap fini (d’ailleurs autant en France et aux States, mais bien plus chez nous), rendant prophétique les dires de Nessbeal : « Bientôt l’rap va s’faire niquer par la techno ». Et c’est là que tout bascula : après une lente phase de dégénérescence, le rap des 90’s rennaît, un retour aux sources symbolisé par le groupe parisien 1995. Mais est-il possible de faire renaître une époque déjà révolue ? L’Histoire se répète ? Oui, mais jamais à l’identique !

La technique est devenue Hype

Et voilà qu’en un rien de temps, on se rend compte qu’une nouvelle génération semble prendre le pouvoir. Une génération, qui pourtant n’a pas ou peu connue cette époque, arrive et fait du rap rappelant plus le rap d’il y a 10/15 ans que le rap actuel, entourée de quelques anciens revenants sur le devant de la scène… Tout ça symbolisé par quelques grands évènements, comme l’engouement récent pour les Rap Contenders, les End of the Week, ou les concerts Can I Kick It (organisés par le groupe Triptik). En réalité, beaucoup de rappeurs underground, notamment dans le 18ème arrondissement de Paris n’ont jamais arrêté ce type de rap, mais aujourd’hui, ce rap semble se généraliser. Même le rap de rue qui semblait n’avoir que faire de la technique il y a encore quelques mois s’y met (avec la génération Niro,Sadek, L.E.C.K., SofianeFababy voire Guizmo), avec toute une nouvelle génération qui freestyle un peu partout sur le net ou à la radio. D’ailleurs, je parle principalement de l’Hexagone, cependant le constat est semblable aux States. Les années 2010/2011 ont vu l’émergence de Mac Miller, Tyler The Creator(et la clique d’Odd Futur), d’A$AP Rocky (et la clique d’A$AP Mob), les californiens Black Hippie (et notamment Kendrick Lamar, Jay Rock et Schoolboy Q) ou encore Big K.R.I.T..Des rookies au style atypique, clairement influencés par les 90’s plus que par ce qui se fait depuis les années 2000, allant musicalement du pur Boom Bap (Mac Miller) à un mélange d’influence Boom Bap/dirty (A$AP ou K.R.I.T.)…. C’est tout un mouvement international ! Bref, happy end à la conte de fée pour le rap ? J’en suis pas si sûr…

« J’invente pas des mots qui n’existent pas pour être technique » Diomay

La technique que pour la technique ?

Parallèlement à ce retour à la technique, le rap engagé n’a jamais eu l’air de se porter si mal. Je n’irai pas jusqu’à dire que « faire de la musique pour un éveil communautaire pour moi c’est ça l’rap ». Cependant, doit-on rappeler que l’engagement est légitime dans le rap ? Le rap, composante du hip hop, est une contreculture, c’est-à-dire, un moyen d’expression contestataire en marge de la culture dominante. Né pour porter la voix des sans-voix, l’engagement quoi que pas automatique peut sembler logique. Le problème est qu’être engagé semble être devenu « has been », les rappeurs actuels préférant freestyler et ne rien raconter. Pire, quand on a l’impression que le rap se joue à un concours de « hype » ou de « swagg ». On semble donc passer du truc subversif à un courant bobo, porté par quelques faux-intellectuels bien-pensants. Le public aussi se transforme, ne veut plus entendre de message et s’en contre-fiche d’écouter quelques chose qui a du sens, ce qui peut nous désoler : Le rap est-il dans ces conditions encore réellement une contre-culture ?

« Où est passé le sens ? Y a tout pour la technique » Mokless

On ne peut en réalité pas dire que le rap n’est plus une contreculture. Malgré sa popularité grandissante dans les couches de la population les plus jeunes, il reste une musique qui dérange les médias et les politiques. Il reste encore en réalité des rappeurs à message et à thème et ce même dans les rappeurs techniques (existe-t-il actuellement plus technique et plus engagée que Casey ?). Cependant, la société se transforme, ne croit plus au changement, et le rap avec… Entendre le rap rabâcher le même message depuis 20 ans a surement usé le dit message, surtout quand il sonnait faux et démago dans la bouche de certains rappeurs. Et n’oublions pas que le rap se popularise aussi et le public rap se diversifie. Lle cliché du fan de rap banlieusard/de cité/fils d’immigré ne colle plus du tout à la réalité. C’est surement parce que le public rock s’est diversifié et embourgeoisé, que cette musique s’est trop popularisée au point de perdre de sa subversion… Prenons garde que cela n’arrive pas au rap, car il perdrait de sa superbe.

« J’croyais qu’les rappeurs voulaient changer ce système qui nous exploite… Ils voulaient juste rentrer en boite. » Le Vrai Ben

Lire ici