Bibliographie

Mes livres

La guerre des gauches (Cerf, 2017)

Serait-ce la crise finale ? Jean-Luc Mélenchon, Benoît Hamon, Emmanuel Macron… Une gauche ? Des gauches ? Un effondrement des partis traditionnels ? Une recomposition opportune ? Ou la poursuite d’une guerre récurrente ? Du jacobinisme de 1789 au libertarisme de Mai 1968, de Tours à Épinay, des Radsocs à Nuit debout, en passant par l’Affaire Dreyfus, Vichy et la décolonisation, Kévin Boucaud-Victoire retrace ici l’épopée des gauches françaises pour appréhender les fractures qui la constituent, les maux qui la frappent, les paroxysmes qu’elles traversent. Tour à tour dogmatique et relativiste, social et libéral, souverainiste et libre-échangiste, voire mondialiste, personne ne sait plus à quel progressisme se vouer. Voici un livre pour comprendre d’où vient la gauche, ce qu’elle prétend devenir et, surtout, qui elle ambitionne de représenter.

Cofondateur du site socialiste et décroissant Le Comptoir, Kévin Boucaud-Victoire, 28 ans, est journaliste. Après avoir travaillé pour L’Humanité, il collabore aujourd’hui à Slate et Vice.

George Orwell, écrivain des gens ordinaires (Première Partie, coll. « Vraiment alternatifs », 2018)

Décédé en 1949, Eric Arthur Blair, plus connu sous le pseudonyme de George Orwell, est longtemps resté prisonnier de ses chefs-d’oeuvre : La Ferme des animaux(1945) et 1984 (1949). Le britannique, cantonné jusqu’alors au rôle de simple antitotalitariste, connait aujourd’hui une seconde jeunesse. De l’essayiste d’extrême droite Laurent Obertone au philosophe socialiste Jean-Claude Michéa, en passant par la journaliste Natacha Polony qui a présidé le Comité Orwell, cet « homme presque génial », comme le qualifiait son principal biographe Bernard Crick, échappe aux étiquettes politiques communément admises. On peut donc désormais parler d’ « affaire Orwell » ! Il était temps de s’y plonger et de faire toute la lumière sur le plus conservateur des socialistes, et le plus anarchiste des critiques du Progrès.

Kévin Boucaud-Victoire, spécialiste de l’écrivain britannique, présente ici le George Orwell méconnu du grand public. Dans un format court et dense, s’appuyant sur des biographies qui ont fait autorité, l’auteur livre une approche rafraîchissante à rebours des interprétations biaisées, faisant tour à tour d’Orwell un conservateur patenté et un socialiste dans les rangs.

Mystère Michéa : Portrait d’un anarchiste conservateur (L’Escargot, 2019)

À l’instar d’un Alain Badiou, Jean-Claude Michéa est devenu culte de son vivant. Près de trente ans après son premier livre, le philosophe montpelliérain, désormais dévoué à l’apprentissage de la permacutlture, a lancé malgré lui une véritable « génération Michéa ». Son plus haut fait d’armes ? Avoir rompu avec la gauche sans jamais donner de gages à la droite. Sa ligne de conduite, revenir à un socialisme des origines, a pourtant été l’objet de nombreux contresens, d’interprétations confuses ou de récupérations opportunistes. Entre décroissance, socialisme libertaire, conservatisme, comment percer à jour le mystère Michéa ?

Son biographe Kévin Boucaud-Victoire a mené l’enquête et décrypte avec clarté, rigueur et humour les travaux du plus anarchiste des conservateurs.

La déferlante : cette crise qui a révélé les évangéliques (Première Partie, 2020)

Livre d’entretien avec Samuel Peterschmitt, préfacé par Denis Mukwege

Du 17 au 21 février 2020, ils sont 2 200 chrétiens réunis à Mulhouse pour une semaine de prière organisée par l’église évangélique de la Porte Ouverte Chrétienne. Quelques jours plus tard, plusieurs participants au rassemblement présentent les symptômes de la Covid-19, non recensés en France à l’époque. C’est l’emballement, toutes les chaînes de télévision le martèlent : la rencontre de Mulhouse est responsable de la contamination du pays. Pour les autorités politiques et sanitaires, ils sont le point de bascule qui a fait exploser la mortalité française. Les conséquences locales sont graves : les membres de l’église sont insultés sur leur lieu de travail, ils reçoivent des lettres anonymes et des menaces de mort. Samuel Peterschmitt, pasteur de l’église La Porte Ouverte, revient sur cette crise et se confie à Kévin Boucaud- Victoire, rédacteur en chef pour Marianne.

Livres collectifs

La catastrophe écologique : fruit pourri du capitalisme ? (dir. Luc Richard, Editions Peuple Libre , 2016)

Ouvrage collectif publié aux Altercathos sous la direction de Luc Richard, avec les participations de Patrice de Plunkett, Thierry Jaccaud, Marie Frey, Cyrille Frey, Olivier Rey et Monseigneur Dominique Rey.

Face à un système économique structurellement injuste et dévastateur, qui détruit écosystèmes et communautés humaines, comment chrétiens et écologistes peuvent-ils travailler ensemble ? En regardant en face la catastrophe écologique, sans craindre d’en nommer les causes et les conséquences, pour mieux suivre l’invitation du pape François à une conversion générale, dans notre relation à Dieu, aux autres, et à la terre. Ce recueil de textes est le fruit d’une journée de réflexion autour de l’écologie organisée en novembre 2015 par l’Observatoire sociopolitique diocésain de Toulon et la revue Limite, en écho à l’encyclique Laudato Si.

Ce monde qui vient : Face aux crises du présent, réenchanter l’avenir (R&N, 2020)

Recueil des meilleurs entretien du site LInactuelle.fr, coordonné par Thibault Isabel, avec Séverine Auffret, Renaud Beauchard, Kévin Boucaud-Victoire, Patrick Chastenet, Denis Collin, Camille Dalmas, Olivier Dard, Matthieu Giroux, Andreaa-Maria Lemnaru, Alain Gras, Serge Latouche, Michel Maffesoli, Jean-Paul Mialet, Corine Pelluchon, Olivier Rey, Renaud Vignes préfacé par Thibault Isabel

Nous sommes entrés dans une ère de grandes convulsions. Les crises se multiplient autour de nous, qu’elles soient politiques ou institutionnelles, industrielles ou financières, écologiques ou sociales, identitaires ou religieuses. Partout on s’inquiète pour l’avenir. Nos aïeux attendaient des lendemains qui chantent ; mais le présent ne cesse de déchanter.
Le mot krisis, en grec antique, signifiait à la fois le problème et la solution. La crise désigne un moment de rupture : le monde ancien meurt, pendant qu’un nouveau cherche à naître. Nous sommes entrés dans une de ces époques. Les cinquante dernières années ont
charrié avec elles davantage de bouleversements que tous les siècles précédents. Mondialisation, numérisation, ubérisation ; essor inédit des réseaux virtuels et de l’interconnexion, transhumanisme, robotique et cybernétique. Tous les repères se mettent à vaciller. Face aux angoisses, aux fractures et aux crispations, l’heure est plus que jamais venue de renouer avec un sens libre du débat. Des intellectuels issus de tous les champs disciplinaires ont accepté de répondre aux interrogations de notre temps. Ils sont sociologues, historiens, philosophes ou économistes. Loin d’être d’accord sur tout, ils partagent cependant un même souci de destinée collective. Les pistes qu’ils dessinent contribueront à nourrir les réflexions politiques de ces prochaines années.

Des réflexions pluridisciplinaires sur les crises politiques, institutionnelles, financières, écologiques ou identitaires qui touchent la société depuis les années 1970. Les auteurs analysent notamment les récentes et futures évolutions telles que la mondialisation, la numérisation, l’essor de l’interconnexion ou le transhumanisme, ainsi que les différents enjeux de cette époque.

Préface

Préface de L’empêchement de la littérature de George Orwell (R&N, 2020)

L’Orwell essayiste a écrit de très nombreux essais, la plupart parus dans la presse de l’époque. Peu cependant traitent directement de la liberté d’expression et de pensée, thèmes chers s’il en est à l’auteur de La Ferme des Animaux et de 1984.

Dans ce petit texte offensif, prononcé à l’occasion d’un événement en faveur de la liberté de la presse, Orwell s’insurge contre les discussions sur le sexe des anges quand elles ne sont pas de franches louanges envers le communisme soviétique…

Revues

%d blogueurs aiment cette page :