Archives du mot-clé inflation

Ce qu’il reste à faire aux Antilles après la tournée de Valls : tout

 

C’est officiel, la France redécouvre que tout n’est pas rose dans ses départements et régions d’outre-mer. Ponctuellement des événements le lui rappellent. En 2009, ce fut une grève générale en Guadeloupe qui s’est ensuite propagée en Martinique puis en Guyane. Aujourd’hui, c’est encore de Guadeloupe que le signal est envoyé, avec des chiffres sur la délinquance affolants qui ont conduit le ministre de l’intérieur, Manuel Valls, à se rendre sur place, pour une tournée jugée plutôt décevante. Quels seraient les facteurs à l’origine de cette violence ? Une combinaison, à n’en pas douter, qui pourrait avoir sa source dans l’économie locale.

Alors que depuis l’arrivée au pouvoir du Parti Socialiste, les violences marseillaises et corses agitent le quotidien médiatique et bousculent l’agenda de nos ministres, pas un mot sur les DROM. Il a fallu attendre que la situation devienne totalement ingérable en Guadeloupe et que le département enregistre son 37e meurtre de l’année (plus que les Bouches-du-Rhône et la Corse réunies) pour que Paris daigne y prêter attention. La situation n’est pas franchement meilleure en Martinique et en Guyane. Ces chiffres ne font que refléter les situations économiques et sociales désastreuses de ces départements.

La misère n’est pas plus belle au soleil

Dans l’imaginaire collectif, Martinique, Guadeloupe et Guyane riment avec îles (pour les deux premières), soleil, mer, vacances, etc. Si, vu de la Métropole, tout ceci est évidemment vrai, la réalité est moins paradisiaque pour les habitants. Les grèves de 2009 l’avaient d’ailleurs très bien illustré. Pour rappel, à l’époque la Guadeloupe avait connu un mois et demi de blocage, la Martinique un mois et la Guyane un peu moins. La cause peut sembler minime : le prix de l’essence. Mais dans ces territoires structurellement en difficulté, la moindre petite étincelle peut provoquer une gigantesque déflagration. Les conséquences de la crise de 2008 n’ont pas attendu pour se faire sentir. Voilà comment en décembre l’Union Générale des Travailleurs de Guadeloupe (UGTG, syndicat majoritaire sur l’île) décide une grève générale pour protester contre la hausse des prix de l’essence. Dans un département où les prix sont supérieurs de 15% à la moyenne nationale et où les salaires sont sensiblement inférieurs, chaque attaque contre le pouvoir d’achat se fait ressentir.

Seule en décembre 2008, l’UGTG est vite rejointe par une cinquantaine d’associations. Le LKP (Liyannaj Kont Pwofitasyon, qui pourrait être traduit en français : « collectif contre l’exploitation ») voit le jour et le leader indépendantiste marxiste de l’UGTG, Elie Domota, fait son apparition dans les médias. Le 20 janvier 2009, la Guadeloupe est officiellement bloquée. Quinze jours après, c’est l’île aux fleurs (la Martinique) qui s’y met, avant d’être rejointe par la Guyane. Un blocage complet des activités ainsi que des ravitaillements qui prend fin le 5 mars 2009 en Guadeloupe avec un accord multilatéral entre le LKP, le Medef guadeloupéen, l’État français et le conseil régional. Celui-ci prévoit notamment une hausse des salaires. La Martinique et la Guyane suivent rapidement.

Si ces grèves ont trouvé une issue en apparence favorable, le malaise subsiste aujourd’hui. Il s’est même accru et les populations locales ont l’impression d’avoir à nouveau été abandonnées par l’État. Et pour cause, les chiffres sont effrayants. Le taux chômage atteint actuellement presque 25% dans les trois départements, soit le double de la moyenne nationale. Les jeunes qui représentent une part importante de la population (la proportion de moins de 25 ans varie de 30% à 40%) connaissent toutes les difficultés du monde à s’insérer sur le marché du travail (près de 60% de chômage chez les actifs de 15 à 25 ans). Nous pouvons ajouter au tableau un taux de participation (proportion des personnes en âge de travailler, c’est-à-dire de 15-64 ans en France, exerçant un emploi où en cherchant un officiellement) particulièrement faible, ce qui reflète un marché du travail très dégradé. Le pouvoir d’achat reste quant à lui très faible avec des salaires plutôt faibles et des prix élevés. Ces chiffres ne sont malheureusement que le triste reflet du manque de dynamisme de l’activité économique de ces pays.

Certes, à première vue, ces territoires se portent mieux que leurs voisins caribéens (pour la Martinique et la Guadeloupe) et d’Amérique du sud (pour la Guyane) mais les apparences sont trompeuses. Le secteur agricole reste encore très spécialisé (bananes, ananas et cannes à sucre) avec une forte production vivrière où les faibles surplus sont simplement revendus au marché local. L’industrie, principalement agroalimentaire et en biens intermédiaires, est encore très jeune et de taille trop modeste. Le tourisme, principal secteur d’activité, subit de plein fouet la concurrence des îles ou pays voisins, plus attractifs grâce à la faiblesse des prix.

Les trois départements vivent principalement des aides de l’État et de l’Union Européenne (faisant parties des régions les plus pauvres de l’Union) et sont placés de fait dans un état de dépendance vis-à-vis d’eux. Les ménages martiniquais, guadeloupéens et guyanais sont aussi parmi les plus endettés de France. Dernière caractéristique : l’existence d’une vraie économie informelle du « don » et de solidarité, rendue possible par la forte présence de campagnes à proximité des villes caractérisées par les jardins créoles, permet d’assurer un niveau de vie décent. Tous ces handicaps restent malheureusement des vestiges de l’époque coloniale.

Antilles : une lutte des classes ?

Si les DROM n’ont plus rien à voir structurellement avec les colonies, certains mouvements peuvent y faire penser. Par exemple, durant les grèves de 2009, la lutte pour l’autonomisation a semblé resurgir. Le slogan principal du LKP a notamment été remis en cause (« La Gwadloup sé tan nou, la Gwadloup sé pa ta yo : yo péké fè sa yo vlé adan péyi an-nou » ou en français : « La Guadeloupe est à nous, la Guadeloupe n’est pas à eux : ils ne feront pas ce qu’ils veulent dans notre pays »). Les Békés (descendants de colons) ont été pointés du doigt de manière virulente. Si l’on peut écarter d’emblée la thèse d’un blocage général qui aurait eu pour but de chasser les Békés, les questions d’autonomisation — pour ne pas dire indépendance — et de rivalités ethniques peuvent se poser. Car les rapports sociaux nés de la période esclavagiste n’ont pas totalement disparu. Le racisme est encore bel et bien présent, tout comme le colorisme reste une réalité : pour les Noirs, avoir une peau plus claire reste un avantage. Ceux-ci se sentent encore divisés entre Noirs au teint plus foncé, Chabins (Noirs possédants une couleur de peau plus claire) ou Mulâtres (personnes nées d’un parent blanc et d’un parent noir). Les descendants d’Indiens (les « Coolies » en Martinique ou les « Zindiens » en Guadeloupe) sont encore peu considérés. À ce tableau viennent s’ajouter diverses minorités (descendants de Libanais, de Syriens ou d’Asiatiques principalement) : l’île est fondamentalement diverse. Mais dans cette mosaïque, c’est bien l’opposition entre Noirs et Blancs qui semble surclasser l’antagonisme entre prolétaires et bourgeois.

Les Békés sont décrits comme les habitants créoles de peau blanche et descendants des premiers colons européens en Martinique et Guadeloupe (il n’y a pas de Béké en Guyane, même si bons nombres des entreprises locales sont aux mains des Békés martiniquais et guadeloupéens). En réalité, ils sont tous issus de Martinique. En effet, lors de l’abolition de l’esclavage de 1794, les troupes révolutionnaires de Victor Hugues ont tué la plupart des grands propriétaires terriens guadeloupéens. Un sort que n’ont pas connu les colons martiniquais, l’île étant devenue possession anglaise durant cette période. Les quelques rescapés guadeloupéens sont normalement appelés les « blancs pays » auxquels sont venus s’ajouter de nombreuses familles martiniquaises. Aujourd’hui, ces grandes familles se partagent la plus grosse part du gâteau. Elles sont perçues comme un groupe social raciste, endogame, qui cherche à tout prix à se préserver. Tout le monde se souvient encore des propos d’Alain Huygues-Despointes, ponte de l’industrie alimentaire locale martiniquaise qui déclarait en 2009 sur Canal+ : « Les historiens ont exagéré les problèmes », ainsi que : « Dans les familles métissées, les enfants sont de couleurs différentes, il n’y a pas d’harmonie. Moi, je ne trouve pas ça bien. Nous, on a voulu préserver la race. » Plus récemment, en 2011, Sylvie Hayot, nièce de Bernard Hayot (deuxième fortune martiniquaise), a été condamnée pour avoir dit à des pompiers guadeloupéens noirs venus la secourir à la suite d’un accident de voiture : « Pa mannyé mwen, sal nèg » (« Ne me touchez pas, sales nègres ») ; avant de les gifler et de leur cracher dessus, des propos d’un racisme profond, douloureux à entendre.

« Un État qui est paradoxalement très présent mais impuissant quand il s’agit de briser les cartels qui règnent sur l’économie local ou de sauver les emplois qui disparaissent à grande vitesse. »

Cependant, cette vision est très simpliste et ne peut pas expliquer les vrais problèmes socio-économiques des DROM. En effet, cette analyse ne prend pas totalement en compte les évolutions sociales de ces dernières décennies, comme le souligne le Béké Roger de Jaham. Ainsi, bon nombre d’entre eux ont été déclassés et appartiennent à la classe moyenne antillaise ou sont devenus de « petits Blancs ». Plusieurs Blancs ont d’ailleurs manifesté en 2009. Prenons l’exemple de la Martinique, île la plus soumise à la domination békée. En 1848, à la suite de l’abolition définitive de l’esclavage, la colonie comptait environ 10 000 Békés. Ils seraient entre 1500 et 3 000 aujourd’hui. Si certains ont depuis quitté la Martinique, il est raisonnable de penser qu’une part non négligeable s’est intégrée dans la communauté noire, ce qui explique l’émergence de Noirs avec des patronymes issus de la communauté békée. D’un point de vue économique, ils produisent 20% du PIB (majoritairement partagé par 8 grandes familles). Ce chiffre est  certes énorme pour une communauté représentant moins de 1% de la population, mais il est faux de dire qu’ils possèdent la majorité du département.

Parmi les 5 plus grandes fortunes de Martinique, nous dénombrons 3 Békés mais aussi un Martiniquais d’origine chinoise (Charles Ho Hio Hen, 3e) et un autre Martiniquais (Robert Parfait, 5e). Les Békés détiennent aussi 42% des grandes surfaces (dont 25% des hypermarchés, mais ne représentent que 13% en parts de marché), 19% de la distribution alimentaire moyenne, 65% des terres agricoles et 90% de l’industrie agro-alimentaire (mais seulement 30% de la canne, du sucre et du rhum, le reste étant détenu par des sociétés métropolitaines). Les Békés sont cependant très minoritaires dans le secteur foncier, et ils sont presque totalement absents des médias, du secteur des transports, du secteur financier ou encore des télécommunications. C’est donc bien dans la structure économique qu’il faut chercher le fond du problème.

Des problèmes économiques de fond

L’économie ultramarine est une économie d’oligopoles privés (locaux et métropolitains), avec une forte étatisation. Cette situation est due à des raisons spécifiques. Près de 70 ans après la départementalisation, la Guadeloupe, la Martinique et la Guyane restent très dépendantes de la métropole. Le système colonial a laissé place à un système post-colonial qui en garde les travers. Dans cette structure, les grandes familles – Békés et autres comme Ho Hio Hen ou Parfait – sont maintenues avant tout grâce à l’État français. Car ces trois départements ont un problème fondamental : ils se situent à plus de 5 000 kilomètres de la capitale.

Dans cette perspective, l’action de l’État libéral leur impose dans les grandes lignes les mêmes recettes qu’en Métropole et laisse l’oligarchie locale se charger des détails. Le niveau élevé des prix illustre très bien cette double erreur. Elle s’explique par deux facteurs. Le premier provient de la sous-production structurelle de ces 3 départements qui les oblige à importer une majorité de produit. Ces importations se font majoritairement en provenance de la Métropole, alors qu’il serait moins coûteux d’importer localement. Ajoutons à cela que les coûts sont gonflés par la taxe de l’octroi de mer (mise en place en 1670 !) que les habitants assimilent à du racket. Les mesures prises récemment par l’Autorité de la concurrence sur l’oligopole sur le fret en provenance d’Europe du Nord n’ont pour le moment pas porté leurs fruits. Le second facteur vient des marges énormes que se font les quelques distributeurs qui s’entendent. Certes, depuis 2011, les Guadeloupéens bénéficient d’un Bureau d’Études Ouvrières chargé du contrôle des prix dans la distribution mais celui-ci est encore inefficient.

La forte présence d’un État si éloigné se révèle vite déstabilisante. En Martinique, Guadeloupe et Guyane, les fonctionnaires représentent entre 30% (pour les deux premières) et 40% (pour la troisième). Ceux-ci, souvent métropolitains, bénéficient de nombreuses primes, dont une qui s’élève à 40% de leur salaire pour compenser le coût élevé de la vie. Si elle est très utile aux fonctionnaires, elle est néfaste aux salariés du privés, car elle crée des économies à deux vitesses et augmente artificiellement la masse monétaire en circulation (et donc maintient le niveau élevé des prix). Un État qui est paradoxalement très présent mais impuissant quand il s’agit de briser les cartels qui règnent sur l’économie locale ou de sauver les emplois qui disparaissent à grande vitesse.

Les problèmes ultramarins sont complexes et les solutions seront multiples. Guadeloupe, Guyane et Martinique souffrent d’une économie post-coloniale et de l’éloignement avec une Métropole dont elles sont trop dépendantes. Une situation qui interroge sur la départementalisation. Si aujourd’hui, peu revendiquent encore l’indépendance, l’autonomie est souvent avancée aux seins des gauches radicales locales, du Mouvement Indépendantiste Martiniquais au Parti Communiste Guadeloupéen. Une solution qui a été majoritairement rejetée en Martinique et Guyane le 10 janvier 2010.

Sur la violence ultramarine

Si Paris découvre la délinquance ultramarine, il ne s’agit pas d’un phénomène nouveau, ni purement guadeloupéen. Depuis 2008, date où l’Observatoire National de la Délinquance a décidé d’inclure les départements d’outre-mer dans son palmarès, Martinique, Guadeloupe et Guyane sont constamment dans le peloton de tête. En 2012 (dernier rapport connu), la Guyane était alors le 2e département où on constatait le plus d’agressions physiques par habitant, derrière la Seine-Saint-Denis (19,54 et 19,90 pour 1 000 habitants), tandis que la Martinique et la Guadeloupe étaient toutes deux dans le top 10 (respectivement 5ème et 6ème). Dans les trois départements, la proportion d’homicides volontaires était particulièrement élevée.

Pourtant, la tendance est devenue inquiétante ces derniers mois. La Guadeloupe (et ses 400 000 habitants) dépasse les 40 meurtres depuis le début de l’année, alors que la Corse (environ 310 000 habitants) et Marseille (environ 800 000 habitants) n’atteignent pas encore les 15 chacun. Dans le même temps, la Guyane reste championne des homicides rapportés au nombre d’habitant (environ 10 pour 100 000 habitants).

Plusieurs causes sont avancées. La première est que les trafics de drogue et d’armes progressent. Mais la proportion de règlements de compte reste inférieure à celle de la cité phocéenne. Une deuxième explication est une banalisation de la violence : la Guadeloupe est championne des meurtres pour des peccadilles. Par exemple, cette année, un jeune a été assassiné pour un compliment à une jeune fille en boîte de nuit ! La violence intrafamiliale progresse fortement aussi. En Guyane, l’orpaillage n’y est pas étranger non plus. Quoi qu’il en soit, le manque de moyens policiers ainsi que la structure économique et sociale jouent tous deux un rôle déterminant et dans ces deux domaines, la tendance est à la dégradation.

Les mouvements sociaux en Guadeloupe

Le blocage de début 2009 ne fût évidemment pas le premier mouvement social en Guadeloupe depuis la loi de départementalisation de 1946. Deux grèves sont restées dans les mémoires ultramarines et restent de mauvais souvenirs : celles de février 1952 et de mai 1967.

La première, celle de février 1952 est aussi connue sous le nom de « Massacre de la Saint-Valentin ». Fin 1951, plusieurs ouvriers en Grande-Terre contestent leurs conditions de travail : à la fois la pénibilité de leurs tâches et aussi leur faible niveau de rémunération. Début 1952, les choses s’accélèrent, le mouvement gagne la Basse-Terre et les fonctionnaires se mêlent aux ouvriers et aux paysans – qui avaient rejoint rapidement la contestation – pour réclamer une augmentation de salaire. Dès lors, en janvier une grève générale et illimitée est lancée. Mais celle-ci dégénère vite, car les grands Békés sont décidés à ne pas se laisser faire et organisent la riposte. Le 11 février, les CRS occupent la ville du Moule, cœur de la contestation. Le drame se produit le 14 février : ceux-ci ouvrent le feu sur les grévistes : 4 guadeloupéens trouvent la mort et 13 autres sont blessés. En souvenir, une rue du Moule a depuis été baptisée « Rue du 14 février 1952 ».

Mai 1967 est tout aussi dramatique. Un an avant la plus grande contestation sociale française de l’après-guerre, les ouvriers guadeloupéens se mobilisent. Ils réclament cette fois une hausse des salaires ainsi que les mêmes droits que les ouvriers métropolitains. Le blocage est général et les tensions sociales sont à leur comble. On prête alors au représentant du patronat, Georges Brizzard, cette phrase : « Quand les nègres auront faim, ils reprendront le travail ! », prononcée le 26 mai… jour du début du drame. Gendarmes/CRS et grévistes s’affrontent brutalement entre le 26 et le 29 et le bilan est effroyable : entre 7 et 200 morts (selon les sources) du côté des grévistes et une trentaine de gendarmes blessés. La grève est finie, les travailleurs sont vaincus.

Boîte noire

Les banques centrales ne sauveront pas le néolibéralisme

Article publié le 9 juillet 2013 sur RAGEMAG

Depuis le début de l’année, ce ne sont plus les montants des dettes publiques ou autres dégradations de notes qui agitent les marchés financiers. Les investisseurs ne réagissent plus qu’aux diverses annonces des grandes banques centrales. Les politiques monétaires expansionnistes de la Réserve fédérale américaine (Fed), de la Banque du Japon voire de la Banque d’Angleterre soutiennent l’environnement économique mondial et préoccupent les marchés.

Dans un contexte mondial compliqué entre crise de la zone euro, redémarrage difficile dans les autres pays développés et ralentissement des grandes économies émergentes et où les niveaux massifs des dettes publiques empêchent toute manœuvre budgétaire, il ne reste plus aux États souverains – comprendre hors euro – que l’outil monétaire. Et ceux-ci s’en donnent à cœur joie, avec la complicité de leurs banques centrales. C’est ainsi que l’on a vu apparaître de nouveaux instruments au sein des banques centrales et la normalisation des politiques monétaires dites « non conventionnelles ».

Au commencement était la crise

Ben Bernanke, président de la Fed Septembre 2008. La crise des subprimes devient une crise financière et économique générale, à cause de la faillite de la banque américaine d’investissement Lehman Brothers. Les États décident de se saisir rapidement du problème en pratiquant des relances budgétaires expansives de type keynésiennes. Les banques centrales ont peur de réitérer les erreurs de la Grande Dépression des années 1930 ou d’un scénario « à la japonaise ». Le danger est la spirale déflationniste dont Irving Fisher a mis en évidence les mécanismes, à la fin des années 1930. La déflation se définit comme la baisse généralisée des prix sur une période assez longue (plusieurs trimestres). Celle-ci a tendance à s’auto-entretenir : si les agents d’une économie s’attendent à voir les prix baisser, ils préfèrent reporter leurs achats, mettant en difficulté les entreprises qui éprouvent des problèmes de ventes. Pour éviter cette situation, les banques centrales doivent injecter de la monnaie dans l’économie. Traditionnellement, les banques centrales contrôlent le volume de monnaie créée en fixant le taux directeur à court terme. Le taux directeur des banques centrales est le taux auquel la banque centrale va faire des crédits aux banques commerciales qui sont en charge de la création monétaire ex nihilo. Le taux directeur des banques centrales se répercute sur les taux bancaires qui jouent sur les flux de crédits. Cependant, quand le taux directeur est nul, les banques centrales semblent désarmées et perdent le contrôle de la politique monétaire. C’est ce qui est arrivé au Japon durant la « décennie perdue » des années 1990. La Banque du Japon a ainsi mis en place ce que l’on appelle communément les politiques non conventionnelles d’assouplissement quantitatif (quantitative easing ou QE). Afin d’augmenter la quantité de monnaie en circulation dans l’économie nippone, la Banque du Japon a procédé à un (timide) programme de rachat de titres, notamment de bons du Trésor. Bien que les résultats de cette première expérience furent modestes, les mesures non conventionnelles vont piloter les politiques de la Fed, de la Banque d’Angleterre et dans une très moindre mesure de la BCE depuis début 2009.

Politiques quantitatives : quelles formes et quels effets ?

« Helicopter Ben » arrose l’Amérique de petits billets Si la première banque centrale qui se lance sur la voie du QE est la Banque d’Angleterre, c’est la Fed qui en est la principale utilisatrice, surtout depuis son second programme lancé en novembre 2010. Face à une dette abyssale ne laissant aucune marge de manœuvre et une sortie de crise plus compliquée que prévue, le président de la banque centrale américaine, Ben Bernanke, décide d’abaisser son taux directeur (« the overnight federal fund rate ») à 0 % et de lancer un programme de rachat d’actifs de 75 milliards de dollars par mois afin de faire baisser le taux de chômage à 6,5 % (à condition que l’inflation ne dépasse pas les 2,5 % par an). Une action d’une ampleur inédite qui équivaut à 4 % du PIB américain et environ 40 % de leur déficit. La Fed prévoit d’acheter principalement des bons du Trésor (« treasuries bonds ») et des créances hypothécaires (« morthage-backed securities » ou MBS). Plus récemment, c’est le Japon qui a décidé de refaire appel à cette méthode. Arrivé au pouvoir en décembre 2012, le Premier ministre libéral Shinzo Abe choisit principalement l’outil monétaire pour sauver son pays enlisé une énième fois dans la récession et la déflation. La Banque du Japon annonce ainsi en avril dernier qu’elle va accroître fortement ses achats de titres en vue de doubler en deux ans sa base monétaire (c’est-à-dire la monnaie créée par la Banque du Japon et qui figure à son passif sous la forme de dépôts bancaires voire de billets). Dans les cas de la Fed et de la Banque du Japon, l’objectif est le même : redresser l’activité économique en favorisant l’endettement et en faisant baisser le taux de change (par l’augmentation de monnaies en circulation sur les marchés internationaux).

« Arrivé au pouvoir en décembre 2012, le Premier ministre libéral Shinzo Abe choisit principalement l’outil monétaire pour sauver son pays, enlisé une énième fois dans la récession et la déflation. »

Pourtant, si ces politiques monétaires quantitatives permettent effectivement de soutenir l’activité, elles sont insuffisantes pour la relancer durablement et peuvent même présenter des effets secondaires non désirables. En rachetant auprès des banques divers actifs, les banques centrales leur fournissent de nouvelles liquidités, espérant qu’elles soient placées dans le circuit économique sous forme de crédits. Cependant, en période de crise, et plus fortement en présence de « trappes à liquidités » (situation exceptionnelle où toute nouvelle liquidité est gardée par les agents plutôt que d’être réinjectée dans l’économie), augmenter le crédit n’est pas si simple pour la simple et bonne raison que les prêteurs sont réticents à prêter, se méfiant de la situation financière des emprunteurs. Ces derniers non solvables ne veulent pas forcément emprunter. Certes, les banques centrales conscientes du problème ajoutent des volets qualitatifs à leurs politiques quantitatives en jouant sur les types de titres achetés et leurs faibles substituabilités ou sur leurs maturités (durée de vie). En pratique, seule une faible part est réinjectée dans l’économie réelle, la majorité des liquidités servant à nourrir les marchés financiers et favoriser les bulles. On comprend aisément dans ce contexte pourquoi notre CAC 40 atteignait des records en avril-mai dernier, alors que l’économie hexagonale était plongée en récession : parce que les actions françaises étaient massivement achetées par des investisseurs américains ou japonais qui dépensaient leur surplus de liquidités. De plus, les baisses des changes peuvent ne pas mener au rééquilibrage des balances commerciales, par la baisse des prix à l’exportation et le renchérissement des importations, car les autres pays sont tentés de contre-attaquer en soutenant à la baisse leurs monnaies et le risque de « guerre des monnaies » est réel. Cette dernière annulerait les effets des changes et serait déstabilisatrice pour l’économie mondiale.

Un problème trop profond pour être résolu si simplement

Haruhiko Kuroda, président de la Banque du Japon a.k.a. « monsieur anti-déflation » La crise que nous connaissons n’a pas pour origine un problème d’offre de monnaie. La raréfaction du crédit, si elle est réelle, n’est qu’une conséquence et pas une cause. Ce qui se passe depuis 2008 est simple : on voit s’effondrer un système fondé sur une contradiction. Le néolibéralisme repose sur deux piliers : l’encouragement à la surconsommation et la compression des salaires par la mondialisation. Le capitalisme a besoin d’accumuler, de produire simplement pour produire mais, dans une société d’abondance matérielle, il se heurte à la limitation des besoins, avant de bientôt se heurter à la limitation des ressources. Il lui faut donc créer de faux besoins, fabriquer de nouveaux désirs pour garder cette dynamique. Mais cette logique bute sur celle de la maximisation des profits, qui a besoin que les coûts de production soient les plus faibles possible. La mondialisation permet dans les pays industrialisés de dévaloriser le travail tandis que la financiarisation permet, par le biais du crédit, d’offrir un complément de revenu nécessaire au consommateur. Aux États-Unis, le pays de la consommation de masse, la libéralisation de la finance dans les années 1970-1980 a soutenu artificiellement la consommation et donc la croissance durant des décennies. Mais c’est elle qui a aussi causé la crise des subprimes qui est d’abord une crise de surendettement. Si la situation japonaise est plus singulière, elle n’est pas si différente. L’économie nippone est entrée en situation de crise après une longue période d’euphorie financière qui a débouché sur une bulle spéculative. L’éclatement de cette bulle en 1991, en plus du déclin démographique, explique que le Japon ne connaît plus de croissance, ni de hausse des prix depuis les vingt dernières années. Dans ces conditions, inonder de liquidités pour relancer la machine revient à appliquer toujours les mêmes vieilles mauvaises formules avec un nouveau moule, en espérant que le gâteau devienne meilleur.

« Dans ces conditions, inonder de liquidités pour relancer la machine revient à appliquer toujours les mêmes vieilles mauvaises formules avec un nouveau moule, en espérant que le gâteau devienne meilleur. »

Le vieux capitalisme vertueux et modéré de l’après-guerre confronté à une crise de la production a dû inéluctablement se métamorphoser pour survivre. Devenu consumériste, il s’est trop reposé sur les seuls endettements privé et public. Malheureusement ces derniers ne peuvent plus servir de moteur. L’outil budgétaire étant abîmé par les dettes abyssales contractées par les pays développés, les banques centrales ont dû prendre le relai des États en menant des politiques exceptionnellement agressives. Si ces dernières servent encore de béquille à un système qui peine à tenir sur ses jambes, elles ne permettront jamais aux économies de remarcher normalement. Surtout que ces politiques, pour rester efficaces, doivent rester exceptionnelles. C’est pour cela que la Fed pense déjà à stopper progressivement son programme de rachats d’actifs, avec des conséquences qui pourraient se révéler désastreuses.

La théorie des « néo-chartalistes » de la monnaie

La crise financière mondiale a révélé les faiblesses de l’économie dominante et de cette opinion largement répandue dans les médias de la non-pertinence des politiques de relance keynésiennes. Pourtant, alors que la récession était bien installée, les vieilles recettes néo-libérales de lutte contre les déficits et le « fardeau » de la dette ont refait surface. Pour autant, d’autres théories alternatives ont pu éclore au cours de cette crise. C’est le cas de la théorie des « néo-chartalistes » de la monnaie. D’après ses défenseurs (Randall Wray, Jan Kruger), l’État décide de ce qui peut servir de monnaie. Cette dernière est vue comme un avoir sur des taxes à payer. L’État crée la monnaie en dépensant, et détruit cette monnaie par le pouvoir de taxer les individus. Une fois en circulation, cette monnaie « souveraine » peut être utilisée de deux manières différentes :

  • comme un employeur de dernier recours, qui pourrait se résumer à la formule suivante : tous ceux qui sont prêts à travailler autour du salaire minimum actuel auraient l’assurance d’obtenir un emploi pour quiconque prêt à travailler mais qui ne trouverait pas de travail dans le secteur privé. L’aide aux vieillards, enfants et malades ; des surveillants à l’école, des artistes ou des musiciens ; des travailleurs de l’environnement ; la restauration des immeubles abandonnés ou d’installations communautaires sont notamment envisagés.
  • en réaffirmant l’importance de la politique budgétaire, ce qui contraste avec le rôle négligeable qu’elle joue dans la macroéconomie dominante. Le but est de montrer comment le secteur privé domestique ne peut accumuler des actifs financiers que si le secteur public domestique accepte de s’endetter (ou si le pays dispose d’un solde du compte courant positif, dans une économie ouverte), montrant ainsi que la dette publique n’est pas nécessairement un mal.

Aurélien Beleau

Boîte noire :