Archives du mot-clé PMA

Laïcité : Macron se prendrait-il pour Napoléon Ier ?

Article initialement publié sur Le Média presse le 10 avril 2018

Ce lundi 9 avril, le président de la République était invité par la Conférence des évêques de France (CEF) au collège des Bernardins, à Paris. Lors de son discours, il nous a proposé une bien curieuse vision de la laïcité.

« Le lien entre l’Église et l’État s’est abîmé, il nous incombe de le réparer », a expliqué Emmanuel Macron, avant de surenchérir : « Le chemin que l’État et l’Église partagent depuis si longtemps est aujourd’hui semé de malentendus. » Faut-il lui rappeler que ce lien n’a pas été abîmé, mais rompu le 9 décembre 1905 ? Ce jour-là, la loi concernant la séparation des Églises et de l’État apaisait les relations alors tendues entre catholiques et républicains. Elle stipule que « la République assure la liberté de conscience », qu’elle « garantit le libre exercice des cultes » et enfin qu’elle « ne reconnaît, ne salarie ni ne subventionne aucun culte. » Complétant les lois promulguées par Jules Ferry dans les années 1880 cette loi marque l’aboutissement de la laïcité à la française. « Réparer » le « lien entre l’Église et l’État », après avoir déclaré vouloir « réformer l’islam », suggère alors rétablir le système concordataire, mis en place par Napoléon Bonaparte en 1801, qui organisait les cultes. Mais derrière ce discours anti-laïc pourraient se cacher d’autres ambitions.

UN ÉLECTORAT RÉTICENT À MACRON

Les appels du pied de Macron à l’électorat catholique conservateur ne datent pas d’hier. Ainsi, en pleine campagne présidentielle, dans une interview à L’Obs en février 2017, il expliquait à propos de la Manif pour tous : « On a humilié cette France-là. » Quelques mois auparavant, en mai 2016, il avait prononcé un vibrant hommage à Jeanne d’Arc à Orléans. Il est ensuite allé rendre visite à Philippe de Villiers au Puy-du-Fou, lieu symbolique pour le catholicisme français, en août 2016. Mauvais calcul pour l’ex-candidat, puisqu’il ne recueille au premier tour que 23,9% des voix des catholiques pratiquants au premier tour, soit moins que sa moyenne nationale. Dans le même temps, 46% d’entre-eux auraient voté pour François Fillon. Le sondeur Jérôme Fourquet explique dans A la droite de Dieu, publié en janvier dernier au Cerf, que Macron a « manifestement rallié la frange de cet électorat centriste-modéré qui avait voté pour François Bayrou en 2012 […] plus une partie des catholiques de gauche », les anciens rocardiens devenus libéraux. Non seulement, il ne réussit pas à séduire l’électorat catholique conservateur, mais celui-ci lui reste franchement hostile.

Ainsi, deux heures après la fin du scrutin du premier tour, la CEF publiait un communiqué dans laquelle elle rappelait « les fondements pour aider au discernement ». Mais elle ne donnait aucune consigne de vote, quand en 2002 elle avait dès le début appelé sans ambiguïté à faire barrage à Jean-Marie Le Pen, Mgr Lustigier, archevêque de Paris, en tête. La candidate du FN recueille même au second tour les voix de près de 4 catholiques sur 10. Il s’agit d’un fait important quand on sait que cet électorat a longtemps été imperméable aux thèses xénophobes. En 2002, Jean-Marie Le Pen avait fait 17% au second tour, soit moins que sa moyenne nationale. La raison de ce revirement est simple : pour une partie de l’électorat catholique, prendre position entre Macron et Le Pen reviendrait à choisir entre l’antéchrist et Hitler. Pour Fourquet ce sont « les prises de positions d’Emmanuel Macron sur la famille, ce dernier déclarant qu’il ne reviendrait pas sur la loi Taubira, qu’il élargirait la PMA […] aux femmes célibataires et aux couples de lesbiennes, et qu’il souhaitait que les enfants nés de GPA à l’étranger soient reconnus par l’état civil français », qui justifient ce phénomène. C’est cette tendance que le président a tenté d’inverser au collège des Bernardins.

LA CRAINTE D’UNE NOUVELLE MANIF POUR TOUS

Dans Le vieux monde est de retour (Stock, 2018), Pascale Tournier relève que « pragmatique, il [Macron] multiplie les signaux à la frange conservatrice. » Pour la journaliste politique de La Vie, « Emmanuel Macron, qui a vécu aux premières loges les manifestations contre la loi Taubira, fait tout pour éviter que l’histoire ne se répète. » « Voir la société se fracturer est sa hantise », précise-t-elle. Or, comme le stipule la loi du 7 juillet 2011, les lois de bioéthiques seront révisées cette année. A partir du 2ème trimestre 2018, les nouvelles lois seront élaborées. L’extension de la PMA devrait être à l’ordre du jour. Alors que la convergence des luttes s’organise à gauche et que la grogne sociale se fait entendre le président ne veut pas prendre le risque de mettre aussi l’électorat conservateur à la rue. Il est aussi probable que Macron cherche au sein de la droite conservatrice un appui pour faire passer ses lois antisociales, voire pour faire diversion.

Quoiqu’il en soit, en tentant d’instrumentaliser les religions, le président Macron met les doigts dans un engrenage très dangereux, en exposant la République aux demandes communautaires. Il serait mieux inspiré de lire le pape François qu’il se plaît à mentionner, si ce n’est déjà fait. Pour rappel, dans son encyclique Laudato Si’ (« Loué sois-tu ») publié en 2015, « sur la sauvegarde de la maison commune », le successeur de l’Apôtre Pierre prenait clairement parti contre le capitalisme et pour l’écologie. Il est allé jusqu’à affirmer que « l’heure est venue d’accepter une certaine décroissance dans quelques parties du monde, mettant à disposition des ressources pour une saine croissance en d’autres parties. »

Publicités