Archives du mot-clé Prodigy

Mobb Deep – The Infamous [Chronique]

Texte publié le 4 octobre 2013 dans Sound Cultur’ALL

Mobb-DeepL’album le plus marquant de la carrière d’un rappeur est souvent son premier. Pour Mobb Deep, il s’agit de leur deuxième, The Infamous. Mais ce qui rend ce disque si fabuleux, c’est qu’il sonne comme leur premier. Mobb Deep, c’est un duo composé de deux rappeurs,Prodigy et Havoc (également beatmaker) originaires de Queensbridge à New-York. Tout deux se rencontrent à 15 ans sur les bancs d’une prestigieuse école d’art graphique de Manhattan où ils sont élèves. Après un premier échec commercial intitulé Juvenile Hell, en 1993, nos deux lascars s’apprêtent à participer à un changement radical dans le rap game.

Rappelez-vous, depuis la fin des années 1980, l’épicentre du rap s’est déplacé de New York, à Los Angeles. Avec un son plus funky et plus gangsta, la west coast fait désormais la loi dans le game. Mais la tendance commence à se renverser dès 1993, avec le premier album du Wu Tang Clan. Cependant, c’est en 1994 que tout bascule réellement avec les premiers albums de Nas etBiggie, ainsi deuxième opus de Mobb Deep.

« I’m only nineteen but my mind is old and when the things get for real my warm heart turns cold »Shook ones pt.II

The Infamous c’est avant tout une ambiance. Nos deux rappeurs de Queensbridge nous délivrent une musique sombre qui pue le ghetto à des kilomètres, comme on peut l’entendre dans les deux morceaux phares du skeud : Shook ones pt.II et Survival of the fittest. Mais The Infamous ne s’arrête pas à ces deux classiques. C’est un sans faute de 16 titres (18 dans la réédition de 2004). La production est presque exclusivement déléguée à Havoc, exceptés Temperature’s Rising, Drink Away the Pain et Give Up the Goods (Just Step) coproduits par Q-Tip, qui donne magistralement le ton. Prodigy fait des merveilles au mic et s’impose comme l’un des espoirs de The Big Apple. Niveau invités, on peut difficilement faire mieux pour l’époque. Il y  tout d’abord Nas -qui vient d’assommer les tiers-quar new-yorkais avec Illmatic– etRaekwon (Wu Tang Clan) sur Eye for a Eye (Your Beef Is Mines). Puis, on a Ghostface Killah (Wu Tang Clan) et toujours Raekwon sur Right Back to You. On peut y ajouer Q-Tip sur Drink Away the Pain (Situations) et enfin, Big Noydsorte de troisième membre non officiel du crew- sur Party Over et Give Up the Goods (Just Step).

« New York got a nigga depressed /So I wear a slug-proof underneath my Guess » Survival of the fittest

Violent et cru comme jamais, ce disque restera à jamais un modèle dans le genre. Certes, ils ne sont plus des adolescents et ont abandonné la faux depuis Juvenile Hell. Pourtant, leur rap est toujours aussi sombre. Avec ce skeud parfumé au bitume, les deux MC’s définissent enfin leur style. Certains reprocheront à Prodigy de ne pas avoir connu la rue telle qu’il la relate, lui l’enfant constamment à l’hôpital (à cause de sa drépanocytose) qui a étudié dans une école prestigieuse. Mais qu’importe, le rap est avant tout un art et Pee se révèle à la hauteur. Une œuvre souvent imitée des deux côtés de l’Atlantique mais qui ne sera jamais égalée.

Lire la suite ici

Publicités

Tu sais que t’es un puriste (en carton) du rap quand…

Texte publié le 4 mars 2012 sur Sound Cultur’ALL, avec Thomas Passe (a.k.a. Nessuno)

RAP_MIEUX_AVANT_NOIR_01_298x298Depuis tes années collèges, tu écoutes du rap en boucle, ou du moins Skyrock. Mais, récemment, ta vie en a été bouleversée : t’as compris que tu n’étais pas catalogué parmi les « connaisseurs » de hip hop. Une grande incompréhension et un profond mal-être t’ont envahi mais t’as décidé de remédier à cet épineux problème en faisant ton entrée par la grande porte parmi « l’élite » des auditeurs. En un rien de temps, tu as écumé les forums et sites spécialisés, tu as jeté à la poubelle tes vieux albums de La Fouine (ou de Sniper ouStomy Bugzy pour les plus anciens) et t’as couru t’acheter Illmatic de Nas ! Bref, tel Magicarpe en Léviator, t’as réussi ta transformation en (néo)-puriste du rap et tes goûts sont désormais supérieurs à ceux d’autrui. Tu te reconnaîtras forcément dans la liste qui suit…

Tu sais que t’es un puriste (en carton) du rap quand…

  1. Tu as un rapport quasi-religieux avec ta musique, pour toi rien ne peut justifier le fait de l’avoir sali ou de lui manquer de respect.
  2. T’écoutes jamais le second album d’un artiste, tu sais qu’il aura forcément baissé son froc entre temps.
  3. Tu chies constamment sur Skyrock que tu tiens pour responsable de tous les maux du rap… Pourtant, si demain matin une bande de guignols t’appelle en te faisant des blagues que tu trouvais déjà immatures à 12 ans, tu répondras forcément « Skyrock ! » quand ils te demanderont quelle est ta station de radio préférée.
  4. Tu as un profond sentiment de nostalgie quand tu penses à ce qu’était Génération dans le temps…
  5. T’écoutais 1995 il y a un an mais maintenant tu leur chies dessus allègrement.
  6. En lisant le point précédent t’as d’ailleurs eu une sensation de déjà-vu en pensant à la Sexion d’Assaut, Orelsan ou même Booba… Mais pas avec La Fouine.
  7. Il y a 2 ans tu pensais que 0.9 était le meilleur album de Booba, maintenant tu ne jures plus que parLunatic et Temps Mort et exècres ceux qui s’en sont suivis.
  8. Tu portes des t-shirts « Le rap c’était mieux avant » alors que ça fait 5 ans que t’en écoutes.
  9. T’as jamais écouté la moitié de tes 20 albums de références
  10. Public Ennemy est, pour toi, l’un des plus grands groupes de l’histoire du rap US, alors que tu ne connais pas une seule de leur chanson.
  11. T’es capable de démontrer à n’importe qui que Talib Kweli est l’un des plus grands lyricistes du rap US et que Rick Ross écrit comme ses pieds, alors que tu parles anglais comme une vache espagnole.
  12. Tu détestes les rappeurs français qui ne font que de l’egotrip ou se vantent de leurs exploits criminels alors que tous les rappeurs américains que tu écoutes en font de même.
  13. T’es pour la discrimination positive : 5 de tes 10 rappeurs français préférés sont blancs.
  14. Tu déteste les rappeurs qui foutent des meufs à poil dans leurs clips… Mais tu adules Ludacris !
  15. Tu détestes les rappeurs qui mélangent rap et r’n’b’, pour toi c’est la perversion du Hip Hop… Pourtant 2Pac, Biggie et Fabe sont tes dieux !
  16. Pour toi Temps Mort de Booba et Marshall Mathers d’Eminem sont les derniers classiques du rap français et américains.
  17. Tu détestes le Dirty South… Mais tu adules Ludacris !
  18. 1990 d’Orelsan t’a rappelé des souvenirs, pourtant t’as pas compris la moitié des références.
  19. Tu trouves tout de même dommage que ce titre ait été fait par Orelsan.
  20. Oxmo Puccino est pour toi le seul rappeur actuel avec une discographie parfaite… Pourtant quand on te demande de citer une track de Cactus de Sibérie, tu bugges.
  21. « Qui prétend faire du rap sans prendre position ? » est ton hymne, Notorious B.I.G. est ton rappeur préféré, le Wu Tang Clan est ton groupe référence… pour toi tout est cohérent.
  22. Kool G Rap est pour toi le meilleur rappeur du Queens loin devant Nas et Prodigy… Pourtant quand on te demande de citer une track de lui, tu bugges encore.
  23. T’as des envies de meurtres ou de viols à chaque fois que t’entends un beat électro, cependant, DJ Mehdi est selon toi le plus grand beatmaker que la France ait portée… pour toi, tout est cohérent toujours.
  24. Quand on t’a dit que Rocca faisait un titre avec Alpha Wann de 1995, t’as demandé à ton interlocuteur de te foutre une baffe pour t’assurer que tu ne faisais pas un cauchemar.
  25. Tu fais une descente d’organe chaque année au lendemain des nominations pour les Victoires de la musique.
  26. T’as fait un arrêt cardiaque hier en voyant qu’Orelsan était récompensé. Mais ça va mieux aujourd’hui, t’as vu que c’était que le prix du meilleur album de musiques urbaines et pas celui de rap. Quoi ? Cette appellation de guignols désigne le rap ?
  27. T’as d’ailleurs fait une syncope deux années de suite au moment des Trophées du Hip Hop et ta tension chute à chaque évocation de Yassine Belattar.
  28. En soirée, tu te fais chier royalement.
  29. Tu t’y fais d’ailleurs constamment insulter quand t’essaies de mettre du Casey discrètement.
  30. Tu détestes encore plus Booba que les fans de Rohff.
  31. A bien y penser, tu détestes également Rohff.
  32. Tu les hais surtout pour avoir eu le culot de sortir un deuxième album (et d’autres après)… Par contre tu hais Sinik pour avoir eu le culot d’avoir commencé le rap.
  33. Tu hais les clashs dans le rap français, tu adores pourtant les diss tracks dans le rap US.
  34. Il y a trois choses que tu détestes plus que tout au monde : Skyrock, les majors et les refrains chantés. Pourtant, tu adules Fabe.
  35. D’ailleurs tu attends son retour comme les Chrétiens attendent celui du messie.
  36. Tu attendais aussi celui de Rocca, mais depuis qu’il rappe avec Alpha Wann, tu penses qu’il tient finalement plus de Judas que du Christ : Qu’il aille se pendre !
  37. Pour toi un beat boom bap, fait en 10 minutes avec un sample cramé et des kits de batteries et de basses téléchargés sur internet, vaudra toujours mieux qu’un beat électro sur lequel le beatmaker a passé des jours.
  38. En bon fan de la Scred, t’es en quelque sorte « Vieux avant l’âge ».
  39. Au final tu détestes plus que tu aimes ta musique.
  40. Tu te fous de tes contradictions et incohérences parce qu’au fond être un puriste, pour toi, tient plus d’un certain état d’esprit que d’une quelconque rationalité. Et au fond, cette musique, bah tu l’aimes.

Nessuno et L’Impertinent