Archives du mot-clé Rap Contenders

Koriass : « Les rappeurs québécois n’ont jamais essayé de s’exporter en France. »

Interview publiée le 23 octobre 2013 sur Sound Cultur’ALL

Koriass_BB-600x425Avant nos Rap Contenders, les Québécois avaient le Word Up Battle ! C’est d’ailleurs pour cette raison que lors des événements internationaux francophones, les MC’s outre-Atlantique font preuve de plus de maturité que nos artistes hexagonaux. Koriass fait partie de ces nombreux clasheurs qui se sont révélés auWUB. Mais à la différence de nombre de ses concurrents, il a su s’exporter et a déjà deux albums à son actif. C’est à l’occasion d’un bref passage à Paris pour un concert que Sound Cultur’ALL s’est entretenu avec le MC.

Sound Cultur’ALL : Déjà présente-toi !

Koriass : Moi c’est Koriass rappeur canadien, de Montréal pour être plus précis.

SC : T’as commencé quand le rap ? Et quels artistes t’ont influencé ?

K : J’ai commencé à écrire à 14 ans avec mes copains. A l’époque on écoutait beaucoup de rap ensemble. Je dirais que mes influences françaises majeures sont IAM, Passy, Fabe. Ce sont eux qui m’ont incité à faire du rap en français, alors que j’écoutais en majorité du rap américain.

SC : Et niveau rap us, tu citerais qui ?

K : Plein de choses ! En premier lieu des trucs comme Nas, Jay-Z, Ruff Ryders… Mais j’ai écouté aussi des sons plus west coast comme Snoop. Puis avec l’âge mes goûts se sont affinés et je me suis mis à écouter des choses un peu plus obscures. Mes influences sont très larges et j’écoute encore beaucoup de rap us.

« Mes influences sont très larges et j’écoute encore beaucoup de rap us »

SC : Comment définirais-tu ton rap ?

K : C’est du rap très technique. Mais rimes sont souvent multisyllabiques. Sinon, au niveau du contenu je peux faire un peu de tout. Je suis capable de thèmes engagés comme de faire dans le dérisoire. Je le fais au feeling, mon rap humain.

SC : Et les battles, ça t’es venu comment ?

K : C’est venu très naturellement. Avec l’arrivée d’internet, il y a eu une vague de battles audio enregistrées sur un forum au Québec. J’ai commencé comme ça, puis je me suis mis à en faire en live dans des soirées. J’appréciais vraiment et c’est ce qui m’a poussé à faire les Word Up Battle !

SC : Donc ça ne vient pas de 8 Mile ?

K : Non ! J’ai commencé 4 ans avant.

SC : Et tu n’as pas peur de ne pas réussir à te défaire de l’image de simple clasheur ?

K : Pas du tout ! Ma carrière de rappeur a largement pris le dessus au Québec. J’ai sorti 2 albums et un maxi. C’est dessus que je mets mon énergie et c’est sur la musique que je mise le plus. Je ne pense pas avoir une image de clasheur.

SC : Avec quel artiste rêverais-tu de collaborer ?

K : En ce moment l’artiste que j’aime le plus, c’est Drake. En plus d’avoir un attrait commercial assez énorme, il est musicalement intéressant. Il fait ce qu’il aime et c’est très bon.

SC : Et en français ?

K : Dans les rappeurs français, je dirais que j’ai beaucoup d’affinités avec OrelSan. On a énormément de points communs et on se connaît un peu. Sinon, j’adore ce que fait Youssoupha : il a une plume très aiguisée.

SC Être francophone dans un pays à majorité anglophone et à quelques heures de bagnole des States, ça a influencé comment ton rap ?

K : Premièrement, je suis bilingue. Ensuite, j’écoute beaucoup de rap us. C’est pour cela que l’on trouve beaucoup d’anglicisme dans mes couplets. Ça m’offre une certaine liberté dans mes créations de phases. Être capable de mixer des mots en français et des mots en anglais permet beaucoup d’ouverture en terme de créativité. C’est donc un point positif

SC : Comme t’expliquerais que la scène québécoise, pourtant très talentueuse, s’exporte très mal en France, hors du Roi Heenok. ?

K : Je pense que les rappeurs québécois n’ont jamais essayé de s’exporter en France. Mais c’est très compliqué d’aller dans un pays et dire « Salut, moi je fais du rap et je sors un album ! » Le travail de promotion et d’investissement est énorme. Voilà pourquoi on ne met jamais beaucoup d’espoir dans nos visites en France, on essaie juste de voir ce que le public en pense et s’il accroche, tant mieux.

SC : Quand on écoute L’Homme Moderne, on se demande si tu es pessimiste sur notre époque ?

K : Oui, je suis très cynique et très pessimiste. Mais d’un autre côté, il y a pleins de morceaux plus positifs. Je reste quelqu’un qui a du plaisir dans la vie. Je vis de manière positive en étant très cynique : je n’attends pas grand-chose.

SC : Et Puzzle t’as inspiré ?

K : A cause du scratch ?

SC : Sur leur second album, ils ont un titre qui s’appelle L’Homme Moderne

K : Non, je connais un peu leur travail mais ça ne m’a pas inspiré du tout.

« Je peux faire un peu de tout. Je suis capable de thèmes engagés comme de faire dans le dérisoire. »

SC : Dans ton 2ème album, on trouve Gagnant, Loser, Petite défaite, Petite victoire…. T’es un peu un homme à contradiction ?

K : Je parle de la victoire come de la défaite mais c’est un peu le concept de l’album. Il s’appelle quand même Petite victoire. Mais oui, je suis quelqu’un d’assez contradictoire, je peux autant faire l’éloge de mes succès de façon exagérée –même si c’est souvent pour déconner– comme je peux être dans l’autodérision, me moquer de mes défauts ou de mes échecs et même m’auto-mépriser.

SC : Un mot pour finir ?

K : Si vous avez accès à internet, comme toute personne de 2013, allez checker mes vidéos sur youtube ! L’album, Petite Victoire, est déjà sorti en digital et le prochain, Rue des Saules, arrive bientôt.

 

Lire la suite ici

 

Deen Burbigo : Le portrait chinois

Texte publié le 23 septembre 2012 sur Sound Cultur’ALL

DeenMarseillo-toulonnais chez les parisiens, Deen Burbigo est actuellement l’un des MC’s faisant le plus parler de lui au sein du collectif L’Entourage. Passé par les cases Rap Contenders et End of the Week, comme nombre de ses collègues, il a su parfaitement concrétiser le buzz naissant autour de lui. Et c’est ainsi, que le 21 mai dernier, toute l’Hexagone pu découvrir pleinement le rappeur par le biais de son premier vrai EP intitulé Inception. La formule semble simple et efficace : du rap technique couplé à une ambiance directement inspirée par le rap new-yorkais des 90’s. C’est grâce à l’agence MPC Show (qui nous avait déjà permis d’assister à son concert en commun avec Taïpan) que j’ai pu rencontrer le jeune homme, dans le 10ème arrondissement de Paris. Pour l’occasion, votre Impertinent a décidé de préparer  une interview un peu spéciale pour le MC, afin de mieux le découvrir.

Sound Cultur’ALL : Si t’étais un artiste hors du rap, tu serais qui ?

Deen Burbigo : Alors, déjà je serais un boug’ qui fait crier les meufs tant qu’à faire.  Un bon chanteur, parce que j’ai toujours rêvé de savoir chanter… Allé, je vais dire Anthony Hamilton parce que je suis fan du bonhomme. Peut-être qu’en réfléchissant plus, j’aurais trouvé une autre tête, mais là, on reste sur Hamilton.

SC: Si tu étais un beatmaker américain, tu serais qui ?

DB : Dr Dre. C’est une réponse facile, mais quand il est arrivé, il a traumatisé tout le monde. Encore aujourd’hui, il reste incomparable. Quand Dre fait un son, tu sens tout de suite que c’est lui, on n’a pas besoin de te le dire.  Donc Dre, parce qu’il est inimitable, bien que ça ne soit pas mon beatmaker préféré.

SC : Si tu étais un rappeur français ?

DB : Un rappeur français !? Booba, pour la fast life.  Et puis malgré tout, je le respecte. C’est surement celui qui a le parcours professionnel le plus impressionnant.

SC : Si tu étais un album de rap français ?

DB : C’est trop facile. Je vais dire comme tout le monde, mais Temps Mort de Booba. C’est surement celui que j’ai le plus écouté. En rap français, il n’ya quasi pas d’aussi rapport plume / technique de toute façon.

SC : Si tu étais un film, tu serais lequel ?

DB : Allez le promoteur qui est en moi va répondre …. INCEPTION !

SC : Tu te définirais plus comme MC ou rappeur ?

DB : En réalité c’est la même chose. Il y a quelques années il y avait un grand débat aux Etats-Unis pour faire la distinction entre les deux. D’un côté les rappeurs qui seraient ceux qui font de la musique rap sans forcément grande performance. De l’autre les MC’s, qui sont ceux qui vivent la culture hip hop et entreprennent l’écriture comme un sport : le MCing. Au même titre que les breakeurs ou les graffeurs. Si la distinction existe, alors je me considère clairement comme un MC.

SC : Si tu devais emménager dans une ville américaine, ça serait Miami ou New-York ?

DB : Sans hésiter, New-York. Je mentirais si je te disais le contraire. Si j’habitais à New-York, j’irais régulièrement à Miami par contre, mais je resterais vivre à New-York.

SC : Si tu te retrouvais sur une île déserte et que tu ne pouvais emporter qu’un seul objet, ça serait Illmatic de Nas ou une paire de Jordan 3 ?

DB : Illmatic de Nas. Bien sûr, il me faudrait le poste qui va avec.  Mais, des Jordans, je n’en porte quasiment plus à l’heure actuelle. Je suis fan d’Air Jordan, mais on m’a bousillé ma passion. J’étais un grand collectionneur depuis mes 15-16 ans. Aujourd’hui tout le monde en porte et je n’ai pas envie de voir n’importe qui avec les mêmes baskets que moi.

SC : Si tu devais choisir, tu choisirais le freestyle Hail Mary ou le freestyle PDG ?

DB : Grande question… Je dirais Hail Mary parce qu’on est plus dessus.  Sur PDG, il manquait Eff Gee etJazzy Bazz.

SC : Tu préfèrerais affronter qui en battle : Nekfeu ou Jazzy Bazz ?

DB : Jazzy Bazz, car, j’ai plus de dossiers à son encontre. Par contre lui aussi en a beaucoup sur moi. Avec tout ce que l’on a l’un sur l’autre, on aurait de quoi bien s’attaquer, ça serait drôle. Mais du coup, après ça, on arrêterait le rap tous les deux, je pense (rires).

SC : Tu kickerais plus sur une prod Dirty South ou électro ?

DB : Si c’est un bon Dirty South, alors Dirty South. Je ne suis pas du tout porté sur l’électro, je ne connais pratiquement pas ce courant musical.

SC : Tu passerais une nuit avec Clara Morgane ou Katsuni ?

DB : Je ne suis pas un grand fan ni de l’une, ni de l‘autre. Donc, je ne sais pas trop… Allez, on va direKatsuni pour le côté exotique.

SC : Si tu devais choisir une rappeuse entre Lil Kim et Nicky Minaj, tu choisirais laquelle ?

DB : En tant que rappeuse ?

SC : Comme tu le sens…

DB : Lil Kim, parce qu’au fond Nicky Minaj ce n’est qu’une fille de Lil Kim. Elle est dans autre chose aujourd’hui, mais, elle a repris le délire « bitch rappeuse ». Mais au final, c’est Kim qui a lancé le mouvement. Par contre, j’t’avoue que je ne serais pas contre une petite entrevue avec la Nicky hein…

SC : T’es plus tize ou beuh ?

DB : Beuh !

SC : Si tu devais inviter une chanteuse à la mode, ça serait Jenifer ou Nolwenn Leroy ?

DB : Le suicide serait-il une 3ème option ?

SC : Sarkozy ou Hollande ?

DB : Je ne m’intéresse franchement pas du tout à la politique. En termes de personnage, je me prends l’entreprenariat crapuleux du Nicolas. Mais, si je devais me reconnaître dans un discours, je pencherais clairement pour Hollande sans hésitation.

SC : Pour finir, je sais que tu n’es pas trop football, mais OM ou PSG ?

DB : OM. J’suis marseillais. Si un jour, on lit dans une interview que je choisis le PSG, je me fais découper et je ne rentre plus jamais chez moi (rires).

Propos recueillis par L’Impertinent

Lire la suite ici

Tu sais que tu as découvert le rap avec les Rap Contenders quand…

Texte publié le 18 mai 2012 sur Sound Cultur’ALL, avec Thomas Passe (a.k.a. Nessuno)

rapcontenders3Le rap, toi à la base, t’en as rien à battre. Mais un jour, par hasard, sur Facebook t’as checké une vidéo d’un pote qui est fan de rap. Cette vidéo c’était Nekfeu vs Logik Konstantine. Ca t’a de suite rappelé ton adolescence et 8 Mile. Bref, t’as été plié en quatre. Par curiosité t’as été regarder les autres : Alpha Wann vs LunikBlackapar vs Deen Burbigo… Depuis chaque vendredi soir minuit tu as le même rituel : te connecter sur le site des Rap Contenders. T’as autant besoin de ton clash hebdomadaire qu’Amy Winehouse avait besoin de son sachet de coke quotidien. Au point, que tu t’es pris peu à peu à kiffer le pe-ra (ouais maintenant tu le dis même en verlan). Bref, tu sais que t’as découvert le rap avec les Rap Contenders quand :

  1. Tu crois que L’Entourage a inventé le flow.
  2. Il y a un an, c’étaient de parfaits inconnus pour toi, depuis les X-Men font partie de tes groupes préférés. De même avec Fabe et Zoxea.
  3. Les seuls MCs que tu connais sont ceux qui ont participé aux RC ou ceux qui ont été cités dans différents clash.
  4. D’ailleurs, après le clash de Lunik vs Gaïden, t’es direct parti sur le net chercher qui est Despo Rutti.
  5. T’as jamais écouté la FF, mais tu sais que Menzo est wack.
  6. Tu sais que le babtou de la Sexion d’Assaut ne sert à rien. La preuve dans le clip Désolé, t’as jamais vu de babtou rapper.
  7. Tu déclines toujours les invitations en soirée le vendredi soir. Faut pas déconner…
  8. D’ailleurs le lendemain, tu saoules tous tes potes en leur ressortant les vannes que t’as retenues de la veille.
  9. Tu sais ce que signifient choke, flip ou overtime.
  10. Tu haïs sur Framal de L’Entourage depuis les RC1.
  11. T’es allé voir DJ Premier en concert pour voir des battles en première partie. Dommage que ce DJ de seconde zone ait gâché la suite de la soirée.
  12. Tu joues aux fléchettes sur un poster de Sandrine Luce ou de Maska.
  13. T’as payé pour voir le clash Nekfeu vs Lunik… Sans succès….
  14. Sur Facebook, t’es ami avec tous les participants aux RC. Même TZN. De toute façon, Carlton dans Le Prince de Bel-Air t’a toujours fait gole-ri.
  15. T’es persuadé que Cassidy était le moins bon des X et que Specta était le moins bon du Saïan Supa. Pourquoi ? Ben, c’est Deen Burbigo qui l’a dit.
  16. Tu crois que L’Entourage a inventé la punchline.
  17. Tu te demandes encore pourquoi Booba parle d’Alpha dans Jour de Paye. Normal, t’as jamais entendu parler d’Alpha 5.20.
  18. Cerdan ? Ali ? Frazier ? Tyson ? Rien à foutre, Stunner restera toujours le meilleur boxeur pour toi.
  19. Ces derniers mois, t’as essayé plusieurs fois d’enchaîner 5 ‘teils de Balantine’s en soirée. Sans succès. Normal.
  20. Grâce à Jazzy Bazz, tu sais que toutes les rappeuses françaises sont wacks. Casey ? Keny Arkana ? Princess Aniès ? C’est qui ?
  21. Une fois t’as eu envie de te suicider en voyant que le battle n’arrivait pas à minuit le vendredi. Heureusement, le temps que t’installe la corde, il est enfin arrivé. A minuit cinq.
  22. Tu ne sais pas ce que sont les End of the Weak, mais tu sais qu’t’as envie de flinguer Mic Orni à chaque délibération du jury.
  23. A chaque fois que tu te fais un Word Up! Battle, t’as l’impression que les québécois ne sont bons qu’à nous pomper.
  24. Il y a un an t’avais envie d’étrangler toute personne parlant avec l’accent québécois, à l’heure actuelle tu connais par cœur toute la disco de Casse-Croûte et du K6A.
  25. Pour toi Diomay ou Driver ne sont que des membres du jury des RC.
  26. T’as du respect pour Sinik depuis le match Suspek-T vs Lunik.
  27. A cause de Wojtek, t’as hésité à voter Marine Le Pen. Heureusement, Jazzy Bazz t’a remis dans le droit chemin.
  28. Tu hais les Fuck That qui ont pompé les RC qui ont pompé les Word Up! qui ont pompé les KOTD.
  29. Grâce à Pauline, Goom Radio est ta radio préférée.
  30. T’es fan de Lunik… Mais, t’as jamais écouté aucun de ses sons.
  31. Bizarrement, dès que t’entends taper des mains, tu penses à une scène de sodomie.
  32. T’as découvert Youssoupha grâce à Taïpan.
  33. Tu crois que L’Entourage a inventé le rap.

L’Impertinent & Nessuno

Lire la suite ici