Archives du mot-clé socialisme

Kevin Boucaud-Victoire: “Être radical, c’est prendre les problèmes à la racine.”

Entretien paru initialement le 2 octobre 2017 sur Atterrissage

Kevin est économiste de formation, journaliste et essayiste. En 2014, avec d’autres contributeurs issus de la gauche radicale, il a co-fondé “Le comptoir”, une revue socialiste et décroissante.

Très investi dans la politique et proche de la France Insoumise, j’ai souhaité le rencontrer pour connaitre sa vision de l’avenir et notamment la place que pouvaient y occuper ses idées.

Lire la suite ici

Publicités

Kévin Victoire : L’espérance du socialisme

Portrait réalisé par Marie Bail, étudiante en journalisme, en janvier 2017

Ancien économiste reconverti en journaliste, Kévin Victoire milite au Parti communiste. Marx, Jaurès, Ellul, Michéa ou encore Jésus sont régulièrement cités pour étayer ses prises de position. Loin des clichés mariant le christianisme français à la droite, cet « anarchiste chrétien » de 28 ans associe son engagement à sa foi, pour un socialisme ressuscité en 2017.

Lire la suite sur son blog

Samuel Hayat : « Il faut faire éclater le consensus républicain »

Publié le 17 avril 2017 sur le site Le Comptoir, à partir du premier numéro de la revue du Comptoir

Samuel Hayat est un historien chargé de recherche au CNRS et au Centre d’études et de recherches administratives, politiques et sociales (Ceraps). Il a participé récemment à la rédaction de « Quand les socialistes inventaient l’avenir, 1825-1860 », ouvrage collectif publié chez La Découverte et dirigé par Thomas Bouchet, Vincent Bourdeau, Edward Castleton, Ludovic Frobert et François Jarrige. En 2014, il a publié un ouvrage intitulé « Quand la République était révolutionnaire – Citoyenneté et représentation en 1848 » (Seuil). Pour le premier numéro de La Revue du Comptoir, nous l’avions interrogé sur les idéaux républicains des révolutionnaires de 1848 et sur la manière dont ils pourraient éclairer nos débats actuels. À l’occasion des élections présidentielles, nous publions une version numérique de cet entretien pour qu’il puisse enrichir les discussions sur une VIe République.

Lire la suite ici

 

Les gauches vont-elles tuer la gauche ?

Article publié le 7 avril 2017 sur Vice

Alors que la gauche peine à s’unir pour remporter l’élection présidentielle, l’un de nos contributeurs, Kevin Boucaud-Victoire, publie « La guerre des gauches » afin d’expliquer les divisions de ce camp.

Lire la suite ici

Extraits exclusifs de « La guerre des gauches »

Article publié le 5 avril 2017 dans Le Comptoir

Journaliste et cofondateur du Comptoir, Kévin Boucaud-Victoire publie le 7 avril 2017 son premier ouvrage aux éditions du Cerf, intitulé « La guerre des gauches ». Dans cet essai, il tente d’éclairer les fractures qui traversent la gauche à partir de son histoire qui démarre au début de la Révolution française. Nous publions ici en exclusivité les bonnes feuilles de ce livre. Dans cet extrait, l’auteur nous raconte la naissance d’une des trois principales familles qui animent la gauche : le socialisme.

Lire la suite ici

Patrick Marcolini : « Orwell faisait de l’égalité sociale et économique un objectif politique immédiat »

Interview publiée le 23 janvier 2017 sur le Comptoir

Philosophe et historien des idées, Patrick Marcolini est l’auteur d’un essai sur le mouvement situationniste à L’Échappée, où il dirige la collection Versus. Il vient de participer à la parution d’une adaptation en bande dessinée de « La Ferme des animaux » de George Orwell par la maison d’édition libertaire. Nous nous sommes entretenus avec lui à l’occasion des 67 ans de la mort de l’écrivain anglais (21 janvier).

Lire la suite ici

Le Comptoir : socialistes et décroissants mais pas conservateurs

Article publié le 16 janvier 2017 avec Galaad Wilgos sur le site Le Comptoir

« Le Monde » a décidé de réaliser, le 11 janvier dernier, une enquête sur plusieurs jeunes revues dont Le Comptoir, mais également nos confrères de Philitt, Limite, Accattone ou encore de Raskar Kapac, rattachant de manière erronée tout ce beau monde à Jean-Claude Michéa. Il nous apparaît alors évident qu’elle crée de la confusion sur la pensée du philosophe montpelliérain, mais également sur les lignes éditoriales des différentes revues répertoriées, à commencer par la nôtre. Nous tenons à clarifier notre position.

Lire la suite ici